Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Nacro Bintou : La patronne de AMOKFAT

Dans le monde de la transformation agro-alimentaire au Burkina Faso, elle s’inscrit parmi les leaders de la chaîne. Jeune dame, distinguée et déterminée et surtout très souriante, Mme Radji née Nacro Bintou est la Promotrice de AMOKFAT structure de transformation de produits agroalimentaires. Self-made-woman, Mme Radji née Nacro est mère de cinq (5) enfants. Découvrez le quotidien d’une dame pleine de dynamisme.

Ecodufaso.com : Présentez-nous AMOKFAT
Mme Bintou Nacro : AMOKFAT veut dire Amokê Fatimata du nom de ma mère et de ma fille. Cela fait 13 ans que la structure existe déjà. Au début je travaillais seule mais à ce jour je travaille avec 16 employés. Essentiellement des dames pour la production, et un chauffeur pour la livraison des produits. Nous produisons beaucoup notamment le fonio, les grumeaux de bouillie et de dèguè, le couscous de riz, de mil, les épices, le piment, le gingembre, le gombo, la poudre de baobab, etc.

D’où vous est venue l’idée de vous lancer dans la transformation des produits alimentaire ?
L’idée m’est venue comme ça (rires). Je me suis assise un jour. Et j’ai pensé à trouver une occupation personnelle rentable. J’ai pensé à la transformation. J’ai voulu essayer au début et j’ai alors commencé doucement. Et aujourd’hui je peux dire que ça va.

AMOKFAT a-t-elle des partenaires ?
Il y a Afrique Verte qui nous forme à la gestion de la structure, le management, la tenue à jour du cahier. J’ai même reçu des certifications pour l’hygiène et la qualité de mes produits. Il y a aussi le FAIJ, le Ministère de la jeunesse et de la formation professionnelle qui nous accompagnent depuis un certain temps.

Nacro Bintou

Partagez nous vos projets à court terme
(RIRES) Ce qui me tient à cœur actuellement c’est de déménager d’ici dans notre nouveau local qui n’est pas terminé. Nous avons pu construire un nouveau local NDLR (Nous avons pu visiter ensemble le nouveau local), mais la zone n’est pas électrifiée d’abord bien que lotie. Les agents de la SONABEL sont venu voir mais plus rien après. L’espace que nous occupons en ce moment pour nos travaux est petite. Ensuite il me tient à cœur d’ouvrir une boutique AMOKFAT ou ne sera vendu exclusivement que nos produits. Aussi, nous voulons agrandir l’entreprise en recrutant plus de femmes. Enfin je souhaite aussi exporter les produits. Nous envoyons déjà à quelques personnes à l’étranger qui apprécient bien la qualité.

Associez-vous des produits chimiques pour la conservation ?
Non. Nous n’utilisons pas de produits chimiques. Tous nos produits sont purement naturels. En plus nous n’avons pas besoin de conservateur d’autant plus que les produits ne durent pas dans les boutiques et super marchés. Et puis dès que la date de péremption arrive, les clients ont déjà fini de consommer.

Comment arrivez-vous à gérer vie de famille et vos activités ?
(Rires) Ce n’est pas facile mais je fais avec. Je m’organise seulement. Heureusement mon mari n’est pas exigeant et il me comprend parfaitement.

Avez-vous un retour sur l’avis de vos clients ?
Chaque fois des clients m’appellent pour encourager. Les produits sont vraiment bien. J’ai déjà des revendeurs au Sénégal, au Mali et en Côte d’Ivoire.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles