Connecte-toi avec nous

Développement

   |

MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME NATIONAL D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET D’ASSAINISSEMENT: Un bilan mitigé

La 22e session ordinaire du Comité national de pilotage programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (PN-AEPA) a eu lieu le 13 juillet 2015 à Ouagadougou. Les participants se sont penchés sur le bilan du premier semestre de l’année 2015, en vue de relever les insuffisances registrées au cours des six derniers mois.DGAEUE1

Si 87% des populations en milieu urbain au Burkina ont accès à l’eau potable, seul 64,1% en ont accès en milieu rural. Tel est le bilan à mi-parcours dressé par le Comité national de pilotage programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (PN-AEPA) au cours de la 22e session ordinaire tenue le 13 juillet 2015 à Ouagadougou. Ce qui a fait dire au représentant du président du comité national de pilotage du PN-AEPA, Harouna yamba Ouibiga, que le bilan est mitigé. Car, a-t-il poursuivi, au niveau de l’assainissement familial, la situation n’est pas non plus satisfaisante. « Si en milieu urbain elle est encourageante avec un taux d’accès de 32,04% en 2014 pour un objectif de 57% en 2015, en milieu rural, elle l’est encore moins », a-t-il dit. Outre le bilan à mis parcours du PN-AEPA à l’horizon 2015, les participants ont fait l’état de la mise en œuvre des recommandations des sessions précédentes. L’état de la mise en œuvre des mesures prioritaires de la revue 2015 de cadre sectoriel de dialogue eau et assainissement (CSD-EA) a également été passé en revu. Toute chose qui permettra aux participants de tirer leçons en vu d’intégrer dans la réflexion de post OMD allant dans le sens de faire des recommandations pour le post 2015. « Le post OMD s’annonce avec de nouveaux défis liés aux objectifs du développement durable (ODD) à l’horizon 2030, notamment à l’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement avec la prise en compte des populations pauvres et des couches vulnérables », a indiqué M. Ouibiga. L’insuffisance des moyens financiers, les facteurs sociaux culturels sont entre autres les difficultés qui ont entravé la mise en œuvre du programme a indiqué Joséphine Amédée Ouédraogo, Directrice générale de l’assainissement.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso/ Groupe ecodafrik

Légende
1- Le présidium à la cérémonie d’ouverture

2- Les membres du comité de pilotage du PN-AEPA

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles