Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Mise en œuvre du PNDES-Burkina : Un taux de réalisation de 33,36% au premier semestre 2017

Le Comité technique national du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) a tenu une session extraordinaire de la revue technique ou Pré-revue 2017 du PNDES, le mercredi 27 septembre 2017 à Ouagadougou.
 
La revue technique ou pré-revue du PNDES est un cadre d’évaluation et d’examen du chemin parcouru durant le premier semestre 2017 dans la mise en œuvre du PNDES. Il permet au Comité national de pilotage d’examiner les niveaux d’exécution et/ou de formulation des projets d’investissements structurants et surtout les questions d’ordre stratégique et politique qui entravent la mise en œuvre du plan.
Il ressort qu’au premier semestre 2017, les résultats obtenus portent notamment sur les grands axes du plan. Ainsi donc sur le point concernant les réformes des institutions et la modernisation de l’administration, il y a eu le renforcement de la redevabilité et la lutte contre la corruption, le renforcement des compétences techniques des acteurs judiciaires, l‘amélioration au service de justice entre autres. En matière de sécurité la revue technique note un progrès accompli sur l’amélioration du taux de maillage de sécurité et le renforcement des capacités opérationnels des forces de défenses et de sécurité, en matière de gouvernance économique et sociale il apparait durant le premier semestre l’effectivité de la mise en œuvre du budget programme, l’adoption de la loi portant création de la caisse de dépôt et de consignation, etc. Les axes portant aussi bien sur le développement du capital, que ceux de l’enseignement ainsi que le développement du capital humain ont aussi connu des acquis. Tous ces acquis s’évaluent à un taux de 33,36% de réalisation pour la période couvrant le premier semestre 2017.
PNDES-Burkina-2017
Aux dires du Secrétaire général du Président du Comité Technique national du PNDES, Bamory Ouattara, ce taux reste perfectible. Il explique « bien attendu on ne peut pas se satisfaire de ce niveau. Il faut diagnostiquer pourquoi on n’a pas pu avancer comme il se doit et recommander des mesures pour que d’ici la fin de l’année les difficultés que nous avons rencontrées puissent être levé. »
A ce point précisément, Il aussi insisté que si ce taux reste relativement « faible », cela est dû à certaines difficultés rencontrées, telles les attaques terroristes, la fronde sociale, une saison pluvieuse capricieuse, etc.
Monsieur Ouattara a rassuré cependant à ce niveau que le PNDES c’est sur cinq ans. Et pour lui « nous sommes qu’à deux ans de la mise en œuvre. » Pour ce qui est des réalisations visibles et palpables et qui concerne souvent des projets d’infrastructures, ces projets prennent du temps à être mis en place et leur réalisation également prend du temps précise -t-il. Il faudra tenir compte des mesures que le gouvernement vient de mettre en place. Aussi les évaluations ont permis d’identifier des goulots qui tiennent aux procédures de passation de marchés, et le gouvernement a pris des textes récemment pour accélérer la réalisation des différents chantiers au travers des procédures alléger de passation de marché, et au niveau des partenariats public privé(PPP). Beaucoup de chantier sont lancés mais ça va prendre du temps avant que les populations ne perçoivent véritable l’impact a-t-il conclu.
 
 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles