Connecte-toi avec nous

Développement

   |

MINISTERE DE LA JEUNESSE : « 1 jeune, 1 métier » à l’horizon 2020

Le ministre de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle, le Dr Smaïla Ouédraogo a dévoilé, le 19 mai 2017, la nouvelle « vision » de son département ministériel. Les propositions sont consignées dans un document intitulé « Des changements pour une jeunesse citoyenne au service du développement du Burkina Faso ». Les différentes actions du ministère ont un objectif : « 1 jeune, 1 métier » à l’horizon 2020.
 
 MINISTERE-DE-LA-JEUNESSE2
Faible accès à la formation professionnelle, faible accès aux crédits qui a pour bases la barrière de garanties et le taux d’intérêt dissuasif, chômage, le sous-emploi, l’incivisme galopant et l’extrémisme violent  sont les maux qui minent la jeunesse burkinabè, selon le ministère de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle, le Dr Smaïla Ouédraogo. Pour inverser la tendance, le ministre entend, avec ses collaborateurs, engager de grands chantiers, conformément à la nouvelle vision du ministère. « Construire une administration moderne capable de promouvoir l’employabilité et d’élever la conscience citoyenne de la jeunesse, d’anticiper et de combler la demande en formation professionnelle afin d’offrir à chaque jeune burkinabè, une chance d’obtenir un emploi décent à l’horizon 2020 ». Cette vision vise 3 objectifs, à savoir, améliorer l’employabilité des jeunes, promouvoir l’entreprenariat des jeunes et réduire au maximum le nombre de jeunes sans emplois ou et sous employés. Pour se faire, le ministère a défini son plan d’actions en cinq (05) axes majeurs : il s’agit   de l’amélioration de la gouvernance, la restructuration des projets et programmes, la restructuration de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), la réforme des fonds de financement et la mise en place d’une logique organisationnelle efficace.
Par ailleurs, les différents programmes seront restructurés et insérés dans quatre (04) principaux programmes que sont : programme de suivi et pilotage, programme de renforcement de la citoyenneté, programme de promotion de la formation professionnelle et le programme de renforcement de l’employabilité des jeunes et de promotion de l’emploi. A cet effet, a indiqué le ministre Smaïla Ouédraogo, un plaidoyer sera fait pour une baisse des coûts des formations dans certains domaines. Dans les réformes, il est également prévu la création d’un Fonds unique à guichet spécialisé et la création de l’Agence (ou office) nationale de la formation professionnelle.

Moubarak SILGA

Ecodufaso.Com/Ecodafrik

Légende
1-      Le ministre Smaïla Ouédraogo (debout), et ses collaborateurs entendent offrir à chaque jeune burkinabè, un métier
2-      Des journalistes mobilisés pour apporter la bonne nouvelle à la jeunesse
 
 
Pour répondre aux besoins des entreprises, le ministre de la jeunesse, en ce qui concerne la formation pour les permis de conduire, propose « d’augmenter le quota des permis qui permettent de piloter des engins lourds », en faisant référence aux sociétés minières.
 
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles