Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Mines-Substances de Carrières-Artisanat Minier-Recherche Entre législation et réglementation, le secteur minier burkinabè en pleine mutation

Une photo de famille pour immortaliser l’évènement

Présenter les performances du secteur minier burkinabè enregistrées durant ces cinq dernières années de gouvernance, tel est l’objectif poursuivi par le Ministère des mines et des carrières à travers l’organisation de la Caravane de Presse inscrite dans le cadre du « mois de la redevabilité du secteur minier burkinabè », au profit d’une trentaine de professionnels de médias burkinabè. 

Le Burkina Faso est aujourd’hui considéré comme un pays minier majeur, notamment dans le domaine de la production aurifère. L’or est devenu le premier produit d’exportation.

Cependant, les substances des carrières regorgent de potentialités réparties sur l’ensemble du territoire burkinabè, avec un potentiel varié de production et de valorisation. Il s’agit notamment des roches industrielles, les minéraux industrielles et les matériaux de construction.

A partir de 2016, ce secteur a engendré environ 650 millions de FCFA de recettes. Il a suscité 900 emplois au niveau des carrières industrielles et 8000 emplois au niveau des carrières artisanales.  En guise d’état des lieux, selon le DG des Carrières, Abdoulaye Sambaré, au 30 juin 2020 le secteur compte au titre des autorisations industrielles valides, 23 en exploitation effective, 11 en arrêt d’activités, une quarantaine en attente d’exploitation et vingtaine de demandes en cours. Les autorisations Semi-mécanisée compte quant à elles une dizaine de demandes en instance.

Les journalistes en pleine incursion sur le site d’Afrik Carrières

Les participants ont pu toucher des doigts les réalités du Site de la carrière de Sogossagasso de la société Afrik Carrières, situé à l’entrée Est de la ville Bobo Dioulassao. Mise en service en novembre 2018, la mine qui exploite 7hectares et fournit des matériaux de construction à la société de BTP COGEB, son seul client pour l’heure.

Artisanaux ou industriels, les sites miniers contribuent au développement économique

Au Burkina Faso, au titre du contenu local en matière minier, le Secrétaire Permanent de la SAMAO, Dr Ousmane Ilboudo a rappelé que l’existence des dispositions en matière de législation, de réglementation et de convention.

En ce qui concerne l’emploi, les données PADSEM de 2016, révèlent que sur un total de 51 631 emplois, les nationaux occupent 30% des emplois directs soit 10 814 emplois et 70% des emplois indirects soit 40 285 avec un ratio d’un plus de 6% de femmes dans le secteur. La fourniture des biens et services a engendré un volume financier estimé à plus 456 milliards de FCFA. Pour mieux répondre aux enjeux du moment, une loi sur le contenu local est en cours d’élaboration. Elle permettra à termes selon Dr Ilboudo, de d’intéresser les sociétés minières au marché financier régional (BRVM) afin de favoriser la prise de participation d’investisseurs nationaux.

Dans le domaine de l’artisanat minier, ces dernières années, l’Agence Nationale d’Encadrement des Exploitations Minières Artisanales et Semi-Mécanisées (ANEEMAS) pilotée par le Directeur Général Salofou Traoré, enregistre des acquis malgré les défis liés à l’insécurité dans certaines zones, ainsi ceux de la réglementation.

Créée en novembre 2015, l’Aneemas a réalisé des avancées en matière d’encadrement des artisans miniers et des exploitations. C’est le cas de l’inventaire des sites d’orpaillages qui a permis de cartographier environ 800 sites majeurs et la production de 22 cartes de degré carré au 1/200 000 ainsi qu’une (1) carte de synthèse du Burkina Faso au 1/1 000 000 avec une notice explicative entre autres.

En matière de préservation de l’environnement et de la commercialisation de l’or, l’Aneemas peut se réjouir de la surveillance environnementale à travers le suivi des paramètres physico chimiques de l’air, des eaux et des sols par exemple. Il y a aussi la mise en place d’un comptoir public d’achat, de vente et d’exportation d’or en novembre 2019 et une structure de prix applicable à tout détenteur de la carte d’artisan minier et sur les sites sous son contrôle entre autres.

Le ministre des Mines et des Carrières Oumarou Idani, s’est réjoui de cette visite et a souhaité que cette caravane ouvre des perspectives dans le renforcement des relations de partenariat entre les médis et don département.

Balguissa Sawadogo

A Bobo Dioulasso

Pour Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire