Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Millenium Challenge Corporation: Le Burkina Faso sélectionné pour un deuxième programme

Le Burkina Faso a été sélectionné pour bénéficier du deuxième programme (Compact 2) des Etats unis d’Amérique (USA) à travers le Millenium Challenge Corporation (MCC). L’information a été donnée le mercredi 14 décembre 2016 par l’ambassadeur des USA au Burkina Faso, Andrew Young, à l’issue d’une audience avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

«J’ai eu l’honneur d’apporter au président du Faso une bonne nouvelle. En effet, le Burkina Faso a été choisi pour le deuxième Compact du Millenium challenge corporation (MCC) », a déclaré l’ambassadeur des Etats unis d’Amérique (USA), à sa sortie d’audience avec le président Kaboré. Le diplomate américain dont les propos sont rapportés par la direction de communication de la présidence du Faso, a précisé que le Burkina peut être fier de sa sélection. A entendre Andrew Young, «50% des pays ayant bénéficié du premier compact n’ont pas réussi à être sélectionnés au deuxième compact ». Il a indiqué que la sélection du pays témoigne de la bonne gestion du financement obtenu par le Burkina Faso à la faveur du premier compact. Quant au montant de l’enveloppe allouée à ce deuxième MCC, il sera connu à l’issue des échanges avec les partenaires pour déterminer les projets qui seront mis en œuvre.

C’est en 2009 que le Burkina Faso a eu pour la première fois, ce programme pour une durée de cinq ans, extensible. Le premier compact a pris fin le 31 juillet 2014. Financé à environ 240 milliards de francs CFA, le programme s’est principalement dans la lutte contre la pauvreté à travers quatre «domaines-clés». Il s’est agi de la «Sécurisation foncière», du «Développement de l’Agriculture», du «Désenclavement» et du projet «BRIGHT2» (projet Education de la jeune fille».

Au bilan dressé le 31 juillet 2014, le coordonnateur, Bissiri Joseph Sirima avait relevé un taux d’engagement général de 97,62% (99, 01% pour la «Sécurisation foncière», 98,27% pour le projet «Développement de l’Agriculture», 97,98% pour le «Désenclavement», et, enfin, un taux de 100% pour le projet «BRIGHT II»). Ce taux n’avait pas intégré les quatre mois de délais supplémentaires qu’accordait le programme pour fermer définitivement les portes. L’agence du partenariat pour le développement (APD-Burkina), structure créée par le gouvernement burkinabè, avait donc pris le relais pour, entre autres, consolider les acquis et achever les activités du programme non totalement achevées à la date de clôture.

Trois catégories de difficultés avaient été soulevées également par le coordonnateur. Il s’agit de l’adaptation des hommes (le personnel) au rythme voulu par le projet, de la tentative de remise en cause de projets par certains ministres du gouvernement d’alors et, enfin, du comportement de certains bureaux d’études et de certaines entreprises qui ne cherchent qu’à « se remplir les poches ». A cela, Bissiri Joseph Sirima avait ajouté la mutinerie de 2011 qui a fait perdre six mois au programme.

L’annonce de la reconduite du MCC, intervient quelques jours après que le Burkina Faso a organisé, les 7 et 8 décembre 2016 à Paris, la table ronde des bailleurs de fonds, sur le Plan national de développement économique et social (PNDES). Cette rencontre visait à avoir l’adhésion des Partenaires techniques et financiers (PTF) pour le financement du nouveau référentiel de développement du Burkina Faso pour la période 2016-2020.

Alfred KANON
ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles