Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Médecine nucléaire : La technologie au service de la santé

Pour être productifs, les acteurs économiques doivent être en bonne santé. Le Burkina Faso fait la promotion de la médecine nucléaire afin d’améliorer son système sanitaire et de le conformer aux exigences internationales. Dans cet esprit, avec l’appui de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), le Burkina Faso a organisé un atelier suivi des premières journées de la médecine nucléaire du 05 au 09 septembre dernier autour du thème : « Place de la médecine nucléaire dans l’univers diagnostic au Burkina Faso ».

Née à la fin de la seconde guerre mondiale, la médecine nucléaire est un domaine spécialisé de la médecine dans lequel les substances radioactives sont utilisées dans le but de diagnostiquer ou de soigner un problème de santé. Elle permet d’agir avec plus de précision et de concision. Grâce au nucléaire, le spécialiste peut dépasser le stade de l’imagerie morphologique pure pour accéder à une imagerie fonctionnelle et métabolique permettant la détection fine de lésions profondes, la surveillance de leur évolution ainsi que le guidage précis du geste chirurgical si nécessaire. Elle complète ainsi efficacement les techniques radiologiques, l’échographie ou l’IRM (« imagerie par résonance magnétique »).

Selon l’OMS, plus de 35 millions de personnes par an sont diagnostiquées ou soignées grâce à la médecine nucléaire à travers le monde. L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) estime à plusieurs millions le nombre de nouveaux cas de cancer qui seront diagnostiqués chaque année dans le monde grâce à la médecine nucléaire. Un véritable progrès puisque la moitié de ces diagnostics se trouveront dans les pays en voie de développement.

Le Burkina Faso a rejoint le cercle fermé des pays africains pratiquant la médecine nucléaire en 2012. Le dispositif est installé à l’hôpital Yalgado Ouédraogo. Ces journées valent leur pesant d’or en ce sens qu’elles permettent de réfléchir sur les stratégies de promotion de cette spécialité et son utilisation dans la lutte contre les pathologies cancéreuses qui font de nombreuses victimes au Burkina Faso du fait de diagnostic tardifs. Du coup, de fortes sommes d’argent sont englouties dans les évacuations. Face à une telle situation, le gouvernement entend mobiliser 18 milliards de FCFA pour la construction et l’équipement du centre de cancérologie de Ouagadougou. Les spécialistes seront formés grâce à un appui de l’AIEA.

 

 

Aimé Florentin BATIONO

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles