Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Marché du mobile money africain : Une belle leçon d’intégration économique

Masai_1Après avoir permis une connectivité exponentielle d’une Afrique qui était encore à la traîne, il y a moins de 20 ans, la téléphonie mobile jette désormais son dévolu sur le transfert d’argent. Le Mobile money, voilà la nouvelle mine d’or que découvrent les opérateurs de télécoms qui se partagent le marché du continent. Le plus intéressant dans cette découverte se trouve non seulement dans l’engagement qu’elle suscite, mais aussi et surtout la nécessité d’unification des plates-formes des différents groupes de télécoms.
En effet, pour conquérir efficacement les 582 millions d’abonnés qu’ils comptent à travers 48 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, les neuf opérateurs qui veulent exploiter ce nouveau filon n’ont pas d’autre choix que de penser à unir leurs forces. Ainsi, il est heureux d’apprendre que Barthi Airtel, Etisalat, Millicom, MTN, Ooredoo, Orange, STC, Vodafone et Zain vont bientôt se mettre ensemble pour faire des affaires. Et donne ainsi aux opérateurs économiques d’Afrique une belle leçon d’intégration aux intérêts bien compris.
Hawala marketConsidérés, à tort ou à raison, comme indifférent ou méfiant par rapport à la bancarisation, les Africains se sont montré très friands de transfert d’argent. En quelques années, ce marché a connu un boom dont le montant devrait atteindre 936 milliards de dollars soit plus de 450 000 milliards de F Cfa. De quoi faire pâlir d’envie les plus banques classiques qui se rapprochent de plus en plus des sociétés de téléphonie mobile pour nouer des partenariats gagnants-gagnants. La coalition des opérateurs de télécoms apportent un regain de compétitivité sur ce secteur qui largement contrôlés sur le continent par les sociétés telles que Western Union, MoneyGram ,Wari et bientôt Facebook.
Au-delà du business et tout ce qu’on peut y légitimement peindre en noir, ces opérateurs vont pouvoir donner la preuve d’une interopérabilité dont l’Afrique a besoin à tous les niveaux. Car, ce qui est aujourd’hui possible dans le domaine du transfert d’argent, peut bien l’être aussi pour les institutions bancaires en général, pour les sociétés de fourniture d’eau, d’énergie, de gaz, d’éducation, d’agriculture, de médecine,…
C’est tant mieux de voir que la téléphonie mobile, -qui est la réussite la plus éclatante des Technologies de l’information et de la communication- permette à l’Afrique et au Moyen Orient d’aller plus loin que là où les autres technologies se sont arrêtées. C’est la preuve que l’intégration économique et financière du continent n’est pas seulement une vue de l’esprit. C’est la volonté politique qui manque le plus.
Koffi Amétépé

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles