Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Manioc : Le tubercule à multiples usages

Au Burkina Faso la production de manioc est estimée à plus de 22 000 tonnes par campagne. Cette production se concentre dans les régions ouest et sud-ouest du pays. Comme pour tous les pays africains, la quasi-totalité de la production de manioc au Burkina Faso est utilisée pour l’alimentation humaine. Sa production, simple, peu coûteuse nécessite moins d’intrants agricoles. Plante bénéfique à l’homme et à la nature, le manioc offre une diversité de mets pouvant contribuer à la diversification des habitudes culinaires (Atiéké, couscous de manioc, tô, gari, tapioca, pain…). Grâce à l’apport de la recherche scientifique, il existe des variétés de plus de 100 tonnes à l’hectare avec des revenus à l’hectare pouvant excéder 3 millions de FCFA.
Au regard de l’engouement des producteurs des régions de l’Ouest et du Sud Ouest pour le manioc, des unités de transformation gérées par des groupements féminins, ont été installées à Banfora et à Orodara. Ces femmes produisent de l’atiéké de manioc très prisé sur le marché national et international.
Le manioc appartient à la famille botanique des Euphorbiaceae. Comme certains autres membres de cette famille, notamment l’hévéa, qui fournit le caoutchouc, il contient un latex blanc. Les régions d’origine du manioc sont le nord-ouest du Brésil et l’Amérique centrale. Il a été introduit en Afrique de l’Ouest et dans le bassin du Congo par les Portugais dans la seconde moitié du seizième siècle. Le manioc se présente sous la forme d’un arbuste de 1 à 4 m de hauteur environ. Les racines tubérisées, qui sont les principaux produits alimentaires provenant de cette plante, se trouvent à quelques centimètres de la surface du sol et sont au nombre de 5 à 10. Ces racines sont fixées au collet de la plante par un pédoncule. Leur longueur varie de 15 à 100 cm environ, et leur poids peut atteindre 3 kg. Un pied de manioc produit 5 à 6 kg de racines ou même davantage. Les feuilles constituent également un aliment apprécié. Les plus grands producteurs africains de manioc sont le Nigeria (Plus de 32 millions de tonnes), la RDC (17 millions de tonnes), le Ghana (Plus de 7 millions). A part certaines cultures de rente destinées à l’exportation, telles que le coton et le cacao, le manioc est la plus importante plante agricole de l’Afrique. C’est une culture qui produit de l’énergie sous forme de glucides, et cela de façon très performante. Ses racines tubérisées sont disponibles tout au long de l’année. Etant donné que le manioc est produit avant tout dans l’agriculture de subsistance, il constitue pour les populations rurales paupérisées une réserve alimentaire fiable. Le manioc et les produits dérivés de ses racines sont aussi des facteurs économiques d’une grande importance, surtout si l’on considère le potentiel énorme d’addition de plus-value par transformation.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles