Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Lutte contre le terrorisme d’Interpol : Ouagadougou et Abidjan unissent leur force

La base régionale de lutte contre le terrorisme d’INTERPOL à Abidjan offre désormais une assistance à ses homologues de Ouagadougou pour collecter des données biométriques sur certains des autres suspects arrêtés dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme révèle une source médiatique. En effet, des données biométriques sur 37 suspects ont été saisies dans les bases de données d’Interpol et partagées avec ses 194 pays membres afin d’identifier tout lien avec d’autres attaques et individus.

De l’avis du secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, «Le partage de ces informations avec nos pays membres renforce alors le rôle d’INTERPOL en tant que système mondial d’alerte rapide, permettant à la police d’établir des liens qui, autrement, ne seraient pas détectés».  Avant de préciser que «La pandémie du COVID-19 n’interrompt pas les activités terroristes, ce qui signifie que les opérations de maintien de l’ordre doivent et continueront de lutter contre ces menaces».

Ce sont au moins, 30 terroristes, dont le chef présumé, le burkinabé Ali Sidibé, qui ont été arrêtés, tandis que les autorités ont saisi des armes, des munitions, des clés USB et des téléphones portables. 40 autres suspects dont 16 de Côte d’Ivoire ont été arrêtés en mai lors d’opérations conjointes de lutte contre le terrorisme le long de la frontière. Plus d’un million de suspects, documents, comptes financiers et autres entités liées au terrorisme au Sahel et au-delà se trouvent dans la base de données, dont 85 000 profils de terroristes étrangers.

La Rédaction

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.