Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

L’impact de la chute des cours du pétrole sur l’économie algérienne et les mesures à prendre (PAPIER DE FIN D’ANNEE)

Les prix du pétrole qui ont sensiblement chuté sur les marchés internationaux font réagir les experts algériens au moment où les responsables politiques tentent de rassurer la population.

Même si l’heure n’est pas à l’alarmisme, toutes les parties s’accordent à dire que des mesures s’imposent face à cette crise « sévère » qui risque d’impacter sérieusement l’économie.

Pour l’expert en économie et vice-président du Conseil national économique et social (CNES) Mustapha Mekidèche, si les prix du pétrole restent longtemps à un niveau oscillant entre 80 et 50 dollars/baril, le pays ne pourra pas continuer à soutenir sa cadence de lancement de chantiers dans différents secteurs et garder le cap sur sa politique sociale.

L’expert a averti que « dépendre des prix du brut pour élaborer des politiques économiques est à terme une menace pour la stabilité du pays ». Ainsi, a-t-il ajouté dans une déclaration à Xinhua que la diversification de l’économie nationale est maintenant plus que jamais une nécessité. Cela passe par le développement d’autres secteurs autres que celui de l’énergie fossile, à savoir l’industrie et l’agriculture et les services.

Cet avis est également partagé par le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci. Selon lui, « les réserves de change actuelles permettent à l’Algérie de faire face aux chocs sur la balance des paiements extérieurs à court terme, mais cette capacité à résister aux chocs se dissipera vite si les cours du pétrole restaient à des niveaux bas pendant longtemps », a-t-il fait savoir lors de sa présentation de son dernier rapport sur les tendances financières et économiques du pays devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse du parlement).

LES MESURES DU GOUVERNEMENT

Même si les autorités algériennes ne se montrent pas aussi inquiètes face à cette nouvelle donne, elles ont toutefois affiché leur préoccupation.

A ce propos, le président de la République Abdelaziz Bouteflika a convoqué mardi dernier un Conseil des ministres consacré à l’examen de la politique économique et sociale que l’Algérie doit adopter dans le but de juguler les impacts de la chute des cours du pétrole sur le pays.

Tout en relevant que « la crise actuelle des prix du pétrole est sévère, avec des perspectives imprévisibles à court terme », M. Bouteflika qui a instruit le gouvernement « d’exclure toute remise en cause de la politique d’investissements publics » a chargé l’exécutif « d’examiner trimestriellement toute adaptation qui s’avérerait nécessaire dans la gestion économique et budgétaire ».

Le chef de l’Etat a également insisté sur « la maîtrise des coûts (de réalisation des projets en cours) » et « la rationalisation des importations et le renforcement du contrôle des opérations de financement du commerce extérieur, pour prévenir toutes formes d’évasion de capitaux ».

Il a également chargé le gouvernement de communiquer sur l’évolution de la crise, rassurer la population et la mobiliser pour la lutte contre le gaspillage.

LES HYDROCARBURES REPRÉSENTENT 95,75% DES EXPORTATIONS

Dans son rapport sur les onze premiers mois de 2014, le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS) précise que les hydrocarbures continuent de représenter 95,75% des exportations algériennes, soit 58,67 milliards de dollars.

Les cours du pétrole ont perdu environ 50% de leur valeur depuis la mi-juin, grevés par l’abondance de l’offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale.

Le prix du baril est tombé à environ 60 dollars, contre 115 en juin, une dégringolade qui s’est accentuée après la décision prise fin novembre par l’OPEP, qui pompe le tiers du pétrole mondial, de maintenir inchangé son plafond de production à 30 millions de barils/jour et de laisser les prix se stabiliser d’eux-mêmes.

Sofia
French.china.org.cn

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles