Connecte-toi avec nous

ACTUALITES FINANCIERES: AFRIQUE

   |

Les valeurs des sociétés aurifères cotées sur la bourse de Johannesburg chutent brutalement, Trump en serait la cause

Les valeurs boursières des sociétés présentes sur le Johannesburg Stock Exchange, et qui sont spécialisées dans l’exploitation de l’or, ont débuté sur une chute brutale, ce lundi 10 juin 2019, à l’exception de celle d’Anglo American, dont la progression a toutefois été très modeste (0,03%).

Cette baisse a pris le marché par surprise, car les sociétés du JSE exploitant le métal jaune sortent d’une série de 9 jours de hausse. Cela est aussi survenu, alors que des analyses convergentes ont annoncé, ce début de semaine, que le prix de l’or était parti pour atteindre son niveau le plus haut depuis 6 ans.

« Il y a suffisamment d’éléments de risque dans les perspectives des économies mondiales, il y a toujours un degré de risque géopolitique, les devises semblent volatiles et le fait que le marché envisage une récession, les marchés boursiers sont évidemment menacés », peut-on lire dans une note de la firme d’analyse O’Connell qui est basée à Londres, en Grande-Bretagne.

L’essentiel de ces prédictions repose sur le fait que la guerre commerciale que livrent actuellement les Etats-Unis à plusieurs de leurs partenaires historiques entraîne une incertitude sur différents marchés financiers et des capitaux. Cette thèse reste d’actualité, sauf que le président américain Donald Trump et son administration ont montré des signes d’apaisement, notamment vis-à-vis du Mexique. Une évolution des choses qui semble avoir redonné du souffle aux investisseurs.

Il a été observé, en effet, que plus la guerre commerciale se durcissait, et plus cela accentuait la pression sur le dollar américain qui est la principale monnaie des échanges mondiaux et qui est très demandé, notamment dans les pays émergents, lorsque surviennent les crises.

Dans le cas de l’Afrique du Sud, cette volatilité sur les marchés émergents, du fait des tensions commerciales, s’est traduite par la pression sur le rand (monnaie locale) qui a perdu de la valeur face au dollar, poussant certains investisseurs à se réfugier sur les actifs rattachés à l’or. Reste désormais à savoir si ce désengagement sur l’or est momentané, d’autant que les perspectives de l’économie sud-africaine tardent à retourner dans le vert.

Idriss Linge

agenceecofin

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.