Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Les Ouagalais consomment plus de 50 000 poulets par jour

50 000. C’est le nombre de poulets consommés par jour à Ouagadougou selon les statistiques 2014 du ministère des ressources animales. Si l’on considère que chaque poulet coûte au bas mot 3000FCFA, c’est une moyenne de 150 millions qui sont quotidiennement injectés dans l’économie de la seule capitale. L’activité est si florissante que même au temps fort de la grippe aviaire, certains Ouagalais continuaient à consommer le poulet sans coup férir.

Au Burkina Faso, l’aviculture rurale représente une part importante de l’économie nationale en général et de l’économie rurale en particulier. Outre son rôle socioculturel, la volaille villageoise constitue une source intéressante de revenus et de protéines animales alimentaires pour les populations rurales. La commercialisation des volailles est l’une des rares occasions pour les ruraux de générer rapidement des revenus en espèces pour subvenir à leurs besoins. Ces revenus sont utilisés pour l’achat des biens de consommation familiale, contribuant ainsi au bien-être familial. Les différents acteurs qui interviennent dans l’activité jouent un rôle principal dans la collecte, le transport et la commercialisation de poulets villageois au niveau des marchés des villages et dans les centres urbains. La viande des poulets locaux est très appréciée car de meilleure qualité que celle importée.

La transformation des poulets villageois constitue aujourd’hui une activité importante pour les acteurs de ce maillon. Les grossistes urbains achètent les poulets avec les collecteurs villageois et les producteurs. Avec les collecteurs villageois, des rendez-vous sont pris dans un village donné où tous les collecteurs des villages environnants se rendent à la rencontre du grossiste. Chaque grossiste a ses clients collecteurs-livreurs. Le plus souvent, ces grossistes travaillent sur des effectifs très importants de volailles. Ils ont pour principaux clients les détaillants, les collectivités, les restaurants, les hôtels. La principale fonction des grossistes consiste à équilibrer les disponibilités du marché en fonction de la demande, et à faire venir la volaille des lieux où elle est abondante et bon marché vers ceux où elle est relativement rare et coûteuse.

Facteurs influençant la consommation de poulets

Différents facteurs économiques et socio-culturels sont susceptibles d’influencer la consommation de la volaille. Au nombre de ces facteurs, il y a les manifestations religieuses, festives, les habitudes alimentaires, le niveau des revenus, les formes de transformations. Les manifestations religieuses et les fêtes affectent de manière significative la consommation de poulets. La consommation de volaille notamment les poulets ne connait pas d’interdit religieux, contrairement à la viande porcine chez les musulmans et les chrétiens orthodoxes. A Ouagadougou, les principaux lieux de transformation du poulet du pays sont les bars-restaurants, les abords des rues et les hôtels. Les différents produits transformés sont le poulet rôti, le poulet grillé, le poulet sauté, le poulet au four « poulet télévisé ».

Poulet fritte

Sur le plan nutritionnel, le poulet apporte différentes sortes de vitamines à l’organisme. Il est une source importante de vitamine B3 (niacine). Celle-ci permet, entre autre, de conserver une peau saine. Il apporte également de la vitamine B6, ou pyridoxine, qui entre dans le processus de régulation et de construction des tissus, à partir des protéines. Enfin, le poulet apporte de la vitamine B5 (acide pantothénique). Celle-ci est notamment utile pour le renouvellement de la peau et des cheveux et pour le fonctionnement du système immunitaire. Elle permet également de lutter contre le stress et intervient dans la transformation des sucres et des graisses dans les cellules de l’organisme. Ces vitamines sont indispensables à la dégradation des glucides, des lipides et des protéines.
A l’échelle du monde, la consommation de viande de volaille est de 101 millions de tonnes par an. Cela représenterait 86 milliards de poulets, 1,3 milliards de dindes, 4,2 milliards de canards, etc. Les Etats-Unis, le Brésil et la Chine sont les plus grands producteurs de poulets et volailles.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles