Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Les défis de l’industrialisation

La Société Financière Internationale (SFI) classe généralement le Burkina Faso parmi les meilleurs pays réformateurs d’Afrique et du monde pour sa constance dans les reformes visant à créer un environnement des affaires plus incitatif.

En matière d’harmonisation du droit des affaires, le Burkina Faso a également enregistré de significatives avancées selon l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires(OHADA). Les reformes ont été principalement d’ordre législatif et réglementaire ainsi que d’ordre institutionnel. Sur le plan législatif et réglementaire, les réformes ont concerné l’élaboration d’une politique fiscale plus favorable au commerce, dans le cadre de l’union douanière de l’UEMOA, l’adoption d’un code des investissements avec des régimes privilégiés et un régime particulier pour les entreprises d’exportation, la relecture du code minier pour le rendre plus attractif,… En termes de mesures d’ordre institutionnel, les principales réformes ont consisté en la restructuration de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF), du Conseil Burkinabé des Chargeurs (CBC) pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle d’accompagnateur du secteur privé, l’institution de la rencontre annuelle Gouvernement – Secteur privé précédé par des rencontres sectorielles de proximité, la mise en place d’un Centre des Guichets Uniques chargé de centraliser, de rationaliser, de simplifier et d’accélérer l’ensemble des formalités de création d’entreprises, de commerce et d’investissement, le renforcement des capacités de la Maison de l’Entreprise lui permettant d’améliorer son offre d’assistance à l’entreprise privée en regroupant en son sein une masse critique de services d’appui conseil, d’information, la création des Centres de Formalités des Entreprises et d’un Centre de Facilitation des Actes de Construire simplifiant ainsi les différentes procédures administratives, la création d’un Centre d’Arbitrage, de Médiation et de Conciliation à Ouagadougou pour le règlement des conflits liés au commerce, la mise en place d’une Autorité de Régulation des Marchés Publics pour assurer plus de transparence dans l’exécution des marchés publics, etc. En dépit de cette batterie de mesures, de nombreux défis restent à être relevés. L’industrialisation est en effet une nécessité politique et économique. Elle doit véritablement prendre la forme d’un processus de transformation. Le Burkina Faso regorge de ressources considérables, de matières premières non transformées, et l’industrialisation fondée sur la transformation de ces mêmes produits peut être un moteur de croissance. Le défi pour le Burkina Faso est donc de concevoir et mettre en oeuvre des plans de développement et des stratégies industrielles efficaces et adaptées. Pour contourner les désastres de la pollution, il est essentiel d’intégrer les politiques industrielles et environnementales, de manière à parvenir à des stratégies de développement industriel écologiquement durables. Il faut aussi mettre l’accent sur la construction d’infrastructures, la formation du capital humain, l’accès à l’énergie, l’amélioration de la gouvernance politique et économique,…

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles