Connecte-toi avec nous

Développement

   |

L’entrepreneuriat féminin, facteur de croissance !

Au Burkina Faso, la journée internationale de la femme est célébrée le 08 mars prochain autour du thème « Entrepreneuriat agricole des femmes : obstacles, défis et perspectives ». C’est l’occasion pour nous de nous intéresser à la place de l’entreprenariat féminin dans l’économie nationale.

Au Burkina Faso, l’entrepreneuriat féminin constitue un moteur de la croissance économique et de la création d’emplois. Il contribue pour environ 70% à la formation du PIB. Les femmes dirigent de plus en plus leurs propres entreprises, et pourtant leur apport socio-économique et leur potentiel de création d’entreprise demeurent largement non reconnus et peu exploités. Elles sont concentrées dans des activités de très petite taille, de faible productivité, de faible rendement et opérant dans l’économie informelle. Les obstacles auxquels les femmes sont confrontées dans leur élan sont de plusieurs ordres. Ainsi, l’analphabétisme, les faibles niveaux éducatifs, le déficit de formation, et la maîtrise et l’expérience insuffisantes de la gestion d’entreprise limitent la capacité des femmes entrepreneurs en milieu rural à rendre viables leurs entreprises. Le sous-développement des infrastructures et services ruraux de transport, d’électricité et d’approvisionnement en eau salubre continue de restreindre l’accès des femmes aux ressources, aux marchés et aux services publics tels que le système de santé, et allonge le temps nécessaire aux tâches ménagères, reproductives et de garde. Cet état de fait, auquel s’ajoute le travail agricole considérable que les femmes accomplissent, crée des contraintes temporelles pour les activités non-agricoles liées à l’entreprise (y compris la formation et la recherche d’informations et de services aux entreprises).

Étant donné que bien souvent les femmes exploitent des micro-entreprises à domicile, elles disposent d’un accès insuffisant aux moyens de transport et peuvent se voir empêchées d’accéder aux mêmes réseaux que les hommes en raison des normes et attitudes sociales. Leurs réseaux et contacts risquent de rester faibles alors que ceux-ci sont d’une importance cruciale pour mettre en relation les entrepreneurs avec ces débouchés possibles. L’accès limité aux services financiers et d’entreprises affecte également la croissance des entreprises des femmes en milieu rural. Elles se heurtent souvent aux difficultés d’accès aux produits et services financiers, en raison d’une insuffisance de produits qui leur conviendraient, d’un manque d’information, et parce que leurs besoins ne sont pas bien compris et qu’elles ne disposent pas de garanties / nantissement.

Enfin, les entreprises dirigées par les femmes sont souvent concentrées dans des marchés traditionnellement féminins où les rémunérations sont faibles (produits de l’artisanat, produits agricoles, de la pêche et de l’élevage destinés aux marchés locaux, transformation des aliments, vente de biens et de services)dans l’économie informelle où il n’y a ni enregistrement légal, ni main d’œuvre régulière, ni fonds de roulement adéquats à même de prendre en charge la protection sociale et les prestations de santé des employé(e)s.

Entreprenariat féminin 2

Accroitre l’autonomisation économique des femmes

Des politiques, des services et des environnements d’affaires permettant la création de conditions favorables et tenant compte des sexospecificités sont donc indispensables pour stimuler le démarrage et la modernisation des entreprises dirigées par les femmes et ainsi contribuer à créer du travail décent et productif et à faire en sorte que les sociétés et les économies deviennent plus fortes. Il y a donc lieu de renforcer l’établissement de réseaux et le plaidoyer en faveur de l’entrepreneuriat féminin, de soutenir des mécanismes de renforcement du capital social entre les femmes entrepreneurs, tels que les coopératives, les groupes d’entraide, les associations professionnelles de femmes en milieu rural et les programmes de mentorat, d’améliorer les compétences entrepreneuriales des femmes en milieu rural et développer des services financiers et d’entreprises sensibles aux questions de genre.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles