Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Le Web marketing : puissant outil de gestion de carrière artistique

Avec l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), Internet est devenu de nos jours, incontournable. Il répond non seulement à un besoin de communication mais aussi de professionnalisation en cette ère marquée par la rapidité de la circulation de l’information. Pour les entreprises comme pour les particuliers, la présence sur internet est donc un enjeu stratégique. Cette dimension est d’autant plus forte dans le milieu artistique et culturel qu’il s’agit de l’exploiter à des fins de web marketing : attirer l’attention, susciter l’intérêt, provoquer un désir et inciter à l’achat d’un produit ou service. Il faut donc agir avec rigueur, méthode et clairvoyance. Comment y parvenir ? Comment élaborer une véritable stratégie de web marketing ?

La présence sur Internet peut être matérialisée par la possession d’un site Internet, d’un blog, l’usage des réseaux sociaux,… S’il est important de disposer d’un site Internet de nos jours, il est tout aussi indispensable d’en assurer la mise à jour régulière. Un site doit sans cesse évoluer en contenu et en fonctionnalités et cela doit être envisagé en termes logistique et budgétaire. La majorité des partenaires et de ceux qui s’intéressent aux activités des organisations ou des artistes ont pour premier réflexe de rechercher les informations sur Internet. Le site fonctionne comme la « carte de visite » de l’artiste. Il pourra utiliser Internet pour nouer des contacts, se faire connaître (biographie, actualités, projets, contacts…), vendre ses œuvres,…

Présence des artistes burkinabè sur Internet

Internet est si important aujourd’hui, que le Burkina Faso s’est lancé dans la E-administration. La majorité des ministères et institutions étatiques disposent de sites Internet même si beaucoup reste à faire pour optimiser la gestion de’ ces sites. Au niveau artistique et culturel, le constat est mitigé. Très peu d’artistes ou d’entrepreneurs culturels disposent de sites Internet ou de blogs (pourtant gratuits). Ils sont toujours en mode old school. Ils utilisent davantage les moyens classiques de communication (radio, télévision, journaux et affichage). Quelques uns ont un compte Facebook. Et plus rien !
Dans des moteurs de recherches comme Google, on retrouve quelques infos (parfois pas très exactes) sur ces artistes, grâce aux articles des journalistes et aux contributions des internautes qui mettent souvent en ligne, leurs vidéos. Pourquoi cette traine face aux nouvelles technologies ? D’aucuns évoquent « le manque de temps » ou la « phobie des nouvelles technologies ». Ces arguments ne sauraient prospérer dans une société ouverte et une économie mondialisée. Il faut se mettre au diapason comme le font certains artistes ou promoteurs culturels. Quelques exemples: Kunde www.kunde.bf , Nuits Atypiques de Koudougou :www.nak.bf, Jardin de la Musique : www.reemdoogo.com,AlifNaaba :www.alifnaaba.net,Zedess :www.zedess.com, Smockey : www.smockey.net , Greg, Smarty, Bil Aka Kora, Vitalo, Zedess, Smockey pour ne citer que ceux-ci, ont également une activité régulière sur les réseaux sociaux notamment Facebook. Mais de façon générale, les artistes burkinabè, quelque soit leur art, ont encore des batailles à remporter sur Internet.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles