Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Le taux de pauvreté passe de 47% à 40,1% au Burkina Faso

Selon l’institut national de la statistique et de la démographie (INSD), le taux de pauvreté a reculé de 7% entre 2009 et 2014. Il est ainsi passé de 47% à 40,1%. Ces chiffres ont été publiés le 22 avril 2016 à Bobo-Dioulasso à l’occasion de la présentation des résultats de l’Enquête multisectorielle continue (EMC) de l’INSD.

L’Enquête Multisectorielle Continue (EMC) 2014 révèle que 40,1% de la population burkinabè est pauvre. Ce chiffre varie selon les régions. Les zones les plus pauvres sont le Nord (70,4%), la Boucle du Mouhoun (59,7%) et le Centre-ouest (51,7%). Cette pauvreté a un visage rural. En effet, plus de 92% des pauvres vivent en milieu rural. Les régions du Nord, de la Boucle du Mouhoun, du Centre-ouest, du Centre-nord et de l’Est concentrent plus de 60% des pauvres. L’enquête révèle aussi que la pauvreté est fonction du niveau d’instruction du chef de ménage. « Plus le chef de ménage est instruit, plus la pauvreté s’éloigne du ménage ».L’INSD ajoute que la pauvreté varie selon le sexe, l’âge, le statut matrimonial du chef de ménage et aussi selon la taille du ménage ». A travers les chiffres de l’enquête, il ressort que l’incidence de la pauvreté est de 30,4% dans les ménages dirigées par des femmes contre 41% dans ceux dirigés par des hommes. L’enquête s’est déroulée du 15 janvier au 15 décembre 2014 sur un échantillon de 10800 ménages répartis sur l’ensemble du territoire national grâce à un financement de l’agence suédoise de développement international (ASDI). Selon l’enquête, sur le plan national, le chômage touche 6,6% de la population active âgée de 15 ans et plus. Ce taux est plus élevé chez les jeunes de 15 à 24 ans, soit 8,6% et encore plus chez les filles (30%). Le taux d’alphabétisation, lui est de 46 % au niveau national.
En rappel, le seuil de pauvreté, établit en 2003, est de 82 672 FCFA au Burkina Faso. Ce seuil absolu national a pu être déterminé et calculé à partir des besoins (nutritionnels) spécifiques du pays car basé sur les habitudes alimentaires. Il était estimé à 41.099 F CFA par adulte et par an en octobre1994. Ce même seuil actualisé en coûts réels aux prix de 1998 était de 72 690 FCFA. Au regard de la ligne de pauvreté de 82 672 FCFA par personne et par an, on observe que 40,1% de la population burkinabé vit encore en dessous du seuil de pauvreté (moins de 500 FCFA/ jour). Même s’il y a un recul de 7%, de nombreux efforts sont donc encore attendus. A travers cette enquête, l’INSD veut justement mettre à la disposition des décideurs, des données statistiques actualisées, qui leur permettront de prendre des décisions pour orienter les politiques de développement.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles