Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Le sucre produit localement a le vent en poupe au Burkina Faso

Le sucre produit localement au Burkina Faso par la Société nationale-Société sucrière de la Comoé (SN-SOSUCO) est préféré par les commerçants et les consommateurs en ce temps de carême musulman, a-t-on constaté vendredi à Ouagadougou, à l’issue d’une opération de contrôle de boutiques initiée par le ministère en charge de l’Industrie et du Commerce.

«Nous sommes heureux de constater que les consommateurs ont actuellement une préférence pour le sucre fabriqué au plan national qu’ils trouvent moins cher», s’est réjoui Thomas Nademou, Vérificateur de prix, chef d’équipe de vérification.

Il s’est ainsi exprimé, après une tournée de contrôle du sucre, dans une dizaine de boutiques aux alentours du marché de Sankar Yaar, au cœur de la capitale burkinabè.

Selon monsieur Nademou, bien que le sucre produit au plan local soit très apprécié, en comparaison au sucre importé, il faut nécessairement améliorer certains aspects.

En effet, à l’entendre, les opérateurs économiques trouvent que la façon d’emballer le sucre de la SN-SUSUCO pose problème. «C’est à ce niveau qu’il va falloir faire des améliorations», a-t-il suggérer.

Les propos du vérificateur ont été confirmés par Mariam Sankara commerçante.

De l’avis de cette vendeuse, les consommateurs préfèrent le sucre local, mais choisissent le plus souvent, le sucre importé parce que celui-ci est conditionné dans des petits cartons de cinq paquets, tandis que SN/SOSUCO conditionne son sucre dans des cartons de 25 paquets’’.

«Si la SN-SOSUCO pouvait aussi conditionner son sucre en paquets de cinq, cela pourrait nous arranger tous. Sinon, les gens savent que le sucre local est de meilleure qualité», a déclaré Mme Sankara.

La commerçante a confié à l’équipe de vérificateurs que depuis quelques mois, le sucre local est vendu moins cher (autour de 17 500 FCFA, le carton de 25 KG) alors que le sucre importé de la même quantité coûte environ 18000 FCFA.

Ce prix concurrentiel du sucre local l’est, certainement, en raison de certaines mesures prises par le gouvernement.

En effet, au Burkina Faso, l’importation du sucre est désormais soumise à certaines conditions dont la délivrance d’une Autorisation spéciale d’importation (ASI).

Cette mesure vise à protéger l’unité locale de production du sucre qu’est le SN/SOSUCO.

L’opération de contrôle du sucre initiée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a consisté à un contrôle dans les boutiques et magasins, afin de vérifier si les importations et les distributions du sucre sont faites dans les normes.

Le contrôle a concerné non seulement les prix mais également, la qualité du sucre vendu dans les magasins, alimentations et boutiques.

Aux dires du vérificateur Thomas Nademou, le contrôle effectué sur le terrain, va se poursuivre dans les bureaux où le travail va consister à vérifier le respect du remplissage des factures.

Quant au Directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes (DGCERF), Abdoulaye Coulibaly, par ailleurs, coordonnateur de l’observatoire du sucre, il a expliqué qu’un comité a été mis en place pour donner des avis sur les importations du sucre au Burkina Faso.

Agence d’information du Burkina

aib.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles