Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Le partenariat de Ouagadougou revoit son ambition a la hausse

Les ministres de la santé du partenariat d’Ouagadougou sur la planification familiale se sont engagés à soutenir l’objectif d’atteindre 2.200.000 femmes additionnelles d’ici 2020 proposée par la réunion de Cotonou. En conclave à Dakar depuis lundi dernier, 14 décembre, ils se sont engagés à relever ce défi.

Ainsi, par la voix de la ministre de la santé et de la lutte contre le Sida de la Cote d’Ivoire, Raymonde Goudou Coffie, les ministres ont avancé qu’ils vont soutenir la revue des plans d’action nationaux budgétisés de la planification familiale avec une approche participative mais inclusive. De créer ou d’augmenter sensiblement le budget alloué à la santé de la reproduction par les gouvernements d’ici 2020 et d’améliorer l’environnement politique de la (Pf) dans leurs pays respectifs. De maintenir les conditions d’un dialogue politique entre l’Etat, les collectivités locales, la société civile, le secteur privés et les organisations non gouvernementales et partenaires au développement dans la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du plan d’action (Pf). D’impliquer les autres secteurs de développement, le secteur privé autant dans la mise en œuvre du plan mais aussi pour une meilleure mobilisation des ressources domestiques au profit des programmes de (Sr/pf). De soutenir une intégration effective de la cible jeunes adolescents à travers leur implication dans l’élaboration du plan, la définition des priorités, la mise en œuvre et le suivi des plans d’actions d’accélération de la (Pf). Mais aussi de travailler en étroite collaboration avec la société civile et tous les acteurs pour augmenter la demande de (Pf) dans leurs pays respectifs, condition pour réaliser la révolution contraceptive et bénéficier totalement des bienfaits de la planification familiale.

Et c’est dans ce sens qu’au Sénégal, des champions ont été commis pour la relance de planification familiale. Il s’agit entre autres de religieux, de la société civile, des journalistes, des sportifs, du personnel soignant, des acteurs culturels qui vont suppléer les pays engagés dans l’atteinte de leurs objectifs.

Pour la ministre Raymonde Gougou Coffie, « nous reconnaissons que ces actions sont importantes pour maintenir les acquis et soutenir les progrès continus du taux de prévalence contraceptive dans nos Etats respectifs ». Les pays engagés se sont aussi félicités des performances notées. Car, de 2011 à 2015, 1 180 000 femmes additionnelles ont été enregistrées sur un objectif de 1 million soit un dépassement de 18%. Les partenaires financiers se sont aussi engagés à revoir à la hausse le financement alloué à la (Pf). Rappelons que le partenariat de Ouagadougou est né de la volonté conjointe de 9 pays à savoir le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Mali, la Guinée, la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso autour des enjeux du repositionnement de la planification familiale dans les politiques publiques.

La réunion qui a pris fin hier, mardi 15 décembre avait comme objectif spécifique d’apprécier la valeur ajoutée du partenariat à partir des progrès réalisés par les neuf pays.

Denise ZAROUR MEDANG
sudonline.sn

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles