Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Le FMI prévoit une croissance de 5% pour le Burkina Faso

Le Burkina Faso connaîtra une croissance de 5% en 2014 et 2015, en baisse de 1 à 2% par rapport aux prévisions, a estimé aujourd’hui le Fonds monétaire international.

La croissance, qui devrait être de « 6 à 7% », s’établira à « environ 5% en 2014 et 2015 », a déclaré Laure Redifer, directrice adjointe du FMI pour l’Afrique lors d’une conférence de presse. « Les événements politiques de fin octobre ont exacerbé la situation existante mais ne constituent pas un élément majeur dans la révision des projections de croissance », a précisé Laure Redifer au terme d’une mission d’une semaine du FMI dans ce pays.

L’épidemie du virus Ebola, qui ne touche pas le Burkina mais sévit dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Mali voisin, a également eu un « impact significatif » sur le recouvrement des recettes, conduisant à une baisse des dépenses publiques, qui ont à leur tour négativement affecté la croissance, a observé Laure Redifer. Les partenaires du Burkina Faso, dont le FMI, sont « désireux de soutenir le gouvernement de transition » et d’apporter « autant qu’ils peuvent » des « ressources additionnelles » pour soutenir le budget du pays, a-t-elle assuré.

Début décembre, le ministre burkinabè de l’Economie et des Finances Jean Gustave Sanon avait estimé la croissance à 5,1% pour 2014, contre 6,8% prévus.

Cette baisse s’expliquait selon lui par « l’attentisme » des investisseurs « pendant toute l’année 2014 », marquée par une forte contestation politique.

monpulsar.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles