Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Le CNT adopte une loi de financement pour l’Est du Burkina faso

Les 61 députés du Conseil national de la Transition (CNT) ont adopté à l’unanimité au cours de la plénière du mardi 7 juillet 2015 à Ouagadougou, le projet de loi du gouvernement portant autorisation de ratification de l’accord de prêt entre le Burkina Faso et l’Agence française de développement (AFD) pour le financement du projet d’appui à la sécurité alimentaire dans l’Est du pays.

Le Burkina Faso est encore loin de l’autosuffisance alimentaire. Et le gouvernement, pour sa part, multiplie les actions pour venir à bout de cette insécurité alimentaire. Le mardi 7 juillet dernier à Ouagadougou, les députés du Conseil national de la Transition (CNT) ont adopté le projet de loi autorisant le pays à contracter un prêt d’environ 19 milliards 650 millions de francs CFA, auprès de l’Agence française de développement (AFD) pour le financement du projet d’appui à la sécurité alimentaire dans la région de l’Est. Ce prêt, d’un taux d’intérêt de 1%, va durer 30 ans avec un différé d’amortissement de 10 ans. Déposé par le gouvernement le 26 avril dernier, ce cinquantième dossier de projet de loi a été soigneusement examiné par la Commission des affaires étrangères, de la sécurité et de la défense (CAESED) en collaboration avec celle des affaires sociales et du développement durable (CASDD) avant d’être mis au vote. Pour le gouvernement, l’adoption de la loi va permettre d’acquérir un financement à même d’améliorer les conditions de production et de commercialisation des produits de l’agriculture et de l’élevage par la réhabilitation des infrastructures rurales. Parlant des infrastructures, le gouvernement entend mettre l’accent sur l’irrigation en réalisant 600 hectares de périmètres irrigués, 600 hectares de bas-fonds et 58 jardins maraîchers à travers les 27 communes des 5 provinces de la région de l’Est. Tout heureux, le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques, de l’Assainissement et de la Sécurité alimentaire, François Lompo, qui a suivi de bout en bout la plénière, a salué la clairvoyance des députés qui ont voté le projet. Il a par ailleurs indiqué que c’est une mesure qui va permettre de réduire l’insécurité alimentaire à l’Est. Avançant des statistiques qui dénotent de l’ampleur de l’insécurité alimentaire, le ministre a précisé que des enquêtes réalisées par les services techniques font état de 46% de ménages vivant sous le poids de l’insécurité alimentaire. Maintenant que le CNT a marqué son accord, la prochaine étape, selon le ministre Lompo, est de contacter les partenaires techniques afin de constituer un bureau d’étude.

Wanlé Gérard COULIBALY
gerard_coul@yahoo.fr
Florence W. ZONGO
(Stagiaire)
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles