Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Le Burkina Faso a quelque chose à craindre après le Brexit, selon un expert…

Le Burkina Faso a quelque chose à craindre après le Brexit, selon un expert de la BCEAO

Le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne va engendrer des conséquences négatives sur l’économie des pays africains, en général, et du Burkina Faso, en particulier, a expliqué vendredi soir à la Télévision publique (RTB) l’ancien gouverneur par intérim de la Banque centrale des Etats de l’Afrique l’Ouest (BCEAO), Justin Damo Barro.

« On (le Burkina Faso) a quelque chose à craindre. Nous nous retrouvons avec une institution aussi importante pour le financement de l’aide extérieur au développement qui est affaiblie aujourd’hui après le retrait d’un membre très influent », a déclaré l’économiste burkinabè.

« Cette situation ne peut pas nous aider, car la capacité d’aide de l’UE va s’affaiblir aussi », a-t-il soutenu.

M. Barro a rappelé que l’Union européenne occupait une place très importante dans le financement de l’économie du Burkina Faso.

Les Britanniques ont voté à 51,9 pc pour une sortie de l’Union européenne, selon les résultats définitifs du référendum publiés vendredi.

Selon plusieurs experts, ce retrait de la Grande-Bretagne de l’UE nécessitera une réorganisation des marchés financiers, qui du reste ont sombré dans une confusion dès l’annonce des résultats du référendum.

Agence d’information du Burkina
aib.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles