Connecte-toi avec nous

International

   |

L’année 2019 a très mal démarré pour les entrées en Bourse

Au premier trimestre 2019, seulement 199 sociétés dans le monde ont fait leur premier pas en bourse, selon EY. Elles n’ont levé que 13,1 milliards de dollars, soit 74% de moins que l’an dernier.

Depuis quelques jours, nombreuses sont les entreprises à annoncer leur prochaine entrée en Bourse. Lyft, le spécialiste américain des véhicules de transport avec chauffeur , l’italien Nexi, spécialiste des paiements, ou encore le constructeur ferroviaire suisse Stader Rail, ne devraient plus tarder à être cotés. Le célèbre fabricant de jeans Levi Strauss le sera dès ce jeudi. De quoi donner l’impression que le marché des introductions en bourse se porte bien. Il n’en est pourtant rien.

2019 a mal démarré. Traditionnellement, le premier trimestre est toujours calme dans ce domaine. Mais, cette année, il l’est encore plus que d’habitude. Depuis janvier, seulement 199 sociétés dans le monde ont fait leur premier pas sur les marchés financiers, selon EY, qui publie ce matin une étude sur les introductions en Bourse. L’an dernier, sur la même période, elles étaient 280. Elles n’ont levé, en cumulé, que 13,1 milliards de dollars, soit 74% de moins qu’au premier trimestre de 2018. Un point bas depuis trois ans.

L’an dernier, Dropbox, Siemens Healthiners, DWS…

2019 souffre aussi de la comparaison avec 2018 en raison de la taille des opérations. L’an dernier, Dropbox, Siemens Healthiners et DWS s’étaient bousculés aux portes de la Bourse. Les megadeals avaient fait leur retour sur les marchés, avec six opérations de plus de 1 milliard de dollars. Si les cotations tournent au ralenti, c’est à cause du retour de la volatilité sur les marchés actions, et du manque de confiance des investisseurs dans les perspectives économiques.

Aucune zone géographique n’a été épargnée par ce ralentissement. Ainsi, l’Asie-Pacifique, qui domine toujours le marché avec 63% des opérations et 64% du montant total, a vu son activité chuter de 24% en volume et de 30% en valeur.

Pire aux Etats-Unis

Cette situation s’est encore plus dégradée aux Etats-Unis. En effet, les introductions sont en baisse de 57% pour un montant de 3 milliards de dollars (82%). C’est une des conséquences du « shutdown », le plus long de toute l’histoire américaine. La fermeture de certains administrations fédérales, en particulier de la SEC (Securities Exchange Commission), le gendarme des marchés financiers a empêché l’examen des dossiers d’IPO.

Toute l’Europe est en panne. Mi-mars, Volkswagen a jeté un froid sur les marchés financiers. Le constructeur automobile a indiqué suspendre le processus d’introduction en bourse de sa division poids lourds Traton. Cette opération – estimée autour de 5 à 6 milliards d’euros – aurait pu être l’IPO la plus importante de l’année en Allemagne.

L’Europe, en panne

Depuis le 1 er janvier, seulement 23 sociétés ont fait leur premier pas sur les marchés européens. Elles n’ont levé que 351 millions de dollars, soit deux fois moins de capitaux que l’an dernier. La plus grosse cotation a été celle de DWF. Le cabinet d’avocats londonien a récolté 125 millions de dollars mi-mars. C’est la seule cotation significative outre-Manche, qui souffre de l’incertitude autour du Brexit.

En France, le marché tourne au ralenti. Mi-février, Gefco a annoncé le report de son introduction à Paris, préférant attendre une amélioration des conditions sur les marchés. Fin février, Arcure, spécialiste de l’intelligence artificielle appliquée au traitement d’image pour l’industrie, a levé près de 11 millions d’euros sur le segment Euronext Growth.

« La situation devrait s’améliorer globalement au deuxième trimestre. En France, les marchés misent sur la Française des Jeux qui pourrait faire ses premiers pas en Bourse avant la fin de l’année », avance Cyril Court, responsable des marchés primaires actions Europe chez HSBC.

lesechos.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles