Connecte-toi avec nous

International

   |

L’Afrique à la recherche d’investisseurs

Le sommet d’investissement et d’affaires Africa 2016 se tient du 20 au 21 février à Charm el-Cheikh En Egypte.

Africa 2016 prévoit de rassembler plus de 1200 participants internationaux de haut niveau, notamment les directeurs généraux des grandes entreprises. Ce sommet consacré à l’investissement a pour but de faire progresser le commerce inter-régional africain, d’attirer davantage de capitaux étrangers en Afrique et de mettre en exergue de nouvelles opportunités de partenariats économiques. Les thématiques à l’ordre du jour incluent les infrastructures, l’énergie, les TIC, les services financiers, le commerce, l’agrobusiness, la santé et l’industrie pharmaceutique.

Selon les analystes, l’économie du continent devrait croître de 4,4% en 2016 et 5% en 2017, un taux bien supérieur à celui des pays dits développés. Malgré cela, l’Afrique ne pèse que 2% dans le commerce mondial. Des initiatives sont lancées pour renforcer le poids économique du continent. Ainsi, 26 pays africains avaient signé en juin 2015, déjà à Charm el-Cheikh, un accord pour la création de la Zone tripartite de libre-échange (Tripartite Free Trade Area – TFTA), destinée à faciliter la circulation des biens et des marchandises dans l’est et le sud du continent.

Mais ces perspectives encourageantes sont menacées par les risques sécuritaires auxquels font face de nombreux pays. Le terrorisme est notamment le nouveau problème qui affecte les investissements. D’importantes ressources qui pourraient être allouées au développement sont utilisées pour faire face à des problématiques sécuritaires. A titre d’exemple, le Nigeria, premier PIB d’Afrique notamment grâce au pétrole, lutte depuis 2009 contre les jihadistes de Boko Haram, récemment ralliés au groupe Etat islamique (EI). Depuis 2009, le groupe a tué plus de 17.000 personnes et forcé plus de 2,6 millions d’autres à fuir. Autre poids lourd du continent, l’Egypte souffre aussi fortement des conséquences des violences, qui se sont ajoutées à l’instabilité politique que connaît le pays depuis la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir.

Il y’a donc d’importants défis à relever. Les investissements privés sont particulièrement nécessaires dans le secteur de l’énergie car 645 millions de personnes sur le continent sont privées d’accès à l’électricité. « Nous prévoyons d’investir 12 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie dans les cinq prochaines années (…) pour permettre un accès universel à l’électricité en Afrique », a ainsi indiqué Akinwumi Adesina, le président de la BAD.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles