Connecte-toi avec nous

Finances

   |

La zone Cémac souffre d’un excès de liquidités

Mis à part la RCA, tous les pays de la zone Cémac sont producteurs de pétrole et souffrent d’un excès de liquidités qui nuit à leur politique monétaire. « L’excès de liquidités devrait être réduit pour renforcer les canaux de transmission de la politique monétaire », juge Mario de Zamaroczy, chef d’une mission du FMI auprès de la Cémac et du Cameroun.

Pour le FMI, les banques commerciales et les établissements de microfinance de la Cémac sont surliquides, alors que l’activité économique n’est pas suffisamment financée.

Pour M. de Zamaroczy, « les banques ne prêtent pas assez parce qu’elles n’ont pas un système de garantie suffisamment efficace pour octroyer des crédits ».

Aussi préconise-t-il de « réformer le cadre régional de surveillance budgétaire actuel pour assurer la viabilité à long terme des pays riches en pétrole de la Cémac », de mettre en œuvre une application plus stricte des normes prudentielles et d’accélérer la restructuration des banques non viables.

La Cémac regroupe le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Tchad, la Guinée équatoriale et la RCA.

Agence Ecofin

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.