Connecte-toi avec nous

Développement

   |

La montée des inégalités de revenus menace la croissance, selon l’OCDE

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a estimé, dans une étude publiée le 9 décembre, que la montée des inégalités de revenus entre riches et pauvres impactent négativement la croissance. « Une nouvelle analyse de l’OCDE donne à penser que les inégalités de revenu ont une incidence négative, statistiquement significative, sur la croissance à moyen terme » écrivent les experts de l’organisation. Selon leurs calculs, l’évolution moyenne des inégalités des 20 dernières années, au sein des pays de l’OCDE, ferait perdre 0,35 point de croissance par an sur 25 ans, soit une perte cumulée de PIB de 8.5 % à terme.

Les experts de l’OCDE estiment que le creusement des inégalités a coûté plus de 10 points de croissance au Mexique et à la Nouvelle-Zélande, près de 9 au Royaume-Uni, à la Finlande et à la Norvège et de 6 à 7 points aux Etats-Unis, à l’Italie et la Suède.

Cette étude tord le cou à une vérité bien établie : celle d’un « trade-off » entre inégalités et croissance. Traditionnellement, on estime que les sociétés doivent faire un choix entre une croissance élevée, mais avec des inégalités importantes -Etats-Unis, par exemple- ou plus d’égalité, mais au prix d’une croissance plus faible (cas de la France).

Pour expliquer cette nouvelle prise de position, les experts de l’OCDE mettent en avant la perte de capital humain liée à une faible formation de toute une partie de la population, victime des inégalités. «Les faits viennent corroborer l’une des théories avancées quant à l’impact des inégalités sur la croissance, à savoir qu’en entravant l’accumulation de capital humain, les inégalités de revenu compromettent les possibilités de s’instruire pour les populations défavorisées, limitant ainsi la mobilité sociale et le développement des compétences», écrivent-ils.

Cette affirmation est fondée sur une étude statistique, soulignent les experts. L’analyse de données sur l’éducation et des résultats de la récente enquête de l’OCDE sur les compétences des adultes (PIAAC) révèle que le capital humain des personnes dont les parents ont un faible niveau d’instruction diminue à mesure que les inégalités de revenu sont plus prononcées. Ce qui n’est pratiquement pas le cas, voire pas du tout, avec un niveau d’instruction parental moyen ou élevé. La tendance se vérifie aussi bien au plan quantitatif (par ex., durée de la scolarité) que qualitatif (par ex., niveau de compétences).

L’étude de l’OCDE note, par ailleurs, que « la redistribution bien ciblée par l’intermédiaire des impôts et des prestations est le moyen le plus direct de corriger les inégalités sans constituer un frein à la croissance économique».

agenceecofin.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles