Connecte-toi avec nous

Développement

   |

La mission sur le secteur des chemins de fer au Sénégal

Le chemin de fer sénégalais traverse actuellement une crise profonde. Cette situation est la conséquence directe de l’absence d’une vision claire constatée lors de la décennie passée où il n’a jamais été pris en compte dans les stratégies de développement.
Pour cette raison, les infrastructures ferroviaires qui existent au Sénégal sont dans un niveau de service très peu satisfaisant.
A certains endroits, la vitesse commerciale ne dépasse guère les 20 km à l’heure, comme par exemple entre Goudiry et Kidira sur l’axe Dakar-Bamako.
De surcroît, le quasi abandon par l’Etat de toute politique ferroviaire justifie que les emprises du chemin de fer ont été anarchiquement occupées.
Conscient de cette situation alarmante et préoccupante, Monsieur le Président de la République, Macky SALL a décidé de la mise sur pied d’un Secrétariat d’Etat au Réseau ferroviaire qu’il a confié à , Monsieur Abdou Ndéné SALL.
Les missions qui nous sont confiées dans ce secteur sont précises. Sur ce fondement, les actions prioritaires à mener sont les suivantes :
– la construction d’une voie à écartement standard de desserte de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de 54 km avant 2017. L’exécution de ce projet majeur et structurant dénommé Train Express régional (TER) est indispensable pour la desserte du nouvel aéroport, de la nouvelle ville de Diamniadio et de la banlieue de Dakar (Rufisque, Pikine et Guédiawaye). Le projet du TER devrait démarrer au courant de l’année 2015.
– la modernisation des infrastructures ferroviaires entre Dakar et Thiès (70 km) ;

– la réhabilitation de la ligne actuelle Dakar-Tambacounda-Kidira-Bamako. En effet, ce corridor est extrêmement important pour l’approvisionnement de la République du Mali, à partir des opérations de transit du Port de Dakar et l’accès au marché sous régional de l’UEMOA ; et
– la construction d’une nouvelle voie ferroviaire structurante, à écartement standard, Dakar-Tambacounda-Kédougou-Kéniéba-Bamako. Communément appelée Dakar-Bamako par le Sud ou ligne NEPAD, cette ligne favorisera outre le transport des produits de l’exploitation des mines de fer de la Falémé, celle des mines de bauxite et de fer de FALEA au Mali. Elle permettra aussi le raccordement des nouvelles lignes Matam-Tambacounda, pour l’exploitation des phosphates de Matam, Ziguinchor-Tambacounda et le désenclavement des régions sud et nord du pays. Les études techniques et la mobilisation des financements pour la réalisation de ce projet devraient être achevées au plus tard en 2017.
Cependant nous avons des due diligences a régler avec la concession de Transrail .Nous sommes en train de travailler avec la partie malienne pour lever toutes les contraintes .
A cet effet, une mission conduite par le Ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement Mansour Elimane kane s’est rendu a Bamako du 4 au 6 Décembre 2014.
Nous avons un plan de négociation avec des hypothèses objectives ,soutenables et économiquement viables aussi bien pour les États que l’opérateur prive .
Après de larges échanges de vues sur la situation actuelle de la Société TRANSRAIL SA et les perspectives de l’activité ferroviaire sur l’axe Dakar-Bamako, les décisions suivantes ont été retenues :
 rencontre entre les deux ministres du Sénégal et du Mali et M. Abass JABER Président TRANSRAIL INVESTISSEMENT, actionnaire majoritaire de TRANSRAIL SA
 une rencontre entre le Sénégal et le Mali et les Partenaires techniques et financiers (Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement, Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine, Union Européenne ; etc.) pour l’accompagnement technique et financier des deux Etats dans le cadre de la reprise de la concession du chemin de fer Dakar-Bamako et la restructuration de la Société TRANSRAIL SA ;
 la mise en œuvre du nouveau schéma institutionnel de la concession avec :
– la création de deux sociétés de patrimoine liées par des mécanismes de concertation, notamment un comité de coordination ;
– la création d’une société d’exploitation commune aux deux Etats ;
 le suivi rapproché de l’accord-cadre signé entre les deux Etats et la Société China Railway Construction Corporation International (CRCCI) dans le cadre de la réhabilitation du chemin de fer, afin de s’assurer en temps opportun de la disponibilité des financements nécessaires ;
 l’inscription dans chacun des budgets des deux Etats des crédits nécessaires au financement de la re capitalisation de la société TRANSRAIL SA et à la mise en œuvre du Plan Urgence.

Abdou Ndene SALL
Secretaire d’Etat au Réseau Ferroviaire National
dakaractu.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles