Connecte-toi avec nous

Finances

   |

La microfinance lorgne l'argent mobile

Le boom du mobile-70% de pénétration en 2012- ouvre un gigantesque marché pour l’accès aux services financiers. C’est pourquoi, les 154 institutions de micro finance qui ont mobilisé en 2013 une épargne de 172 milliards s’apprêtent à lancer des prestations de services via le mobile banking.
Les Systèmes financiers décentralisé (SFD) du Burkina Faso, au cours de l’année 2013, ont mobilisé une épargne globale de cent soixante douze (172) milliards de FCFA, a-t-on appris, à Ouagadougou, lors de  la sixième édition du Cadre national de concertation des acteurs de la micro finance (CNCAM). Alors que l’encours de  crédit a atteint 97, 5 milliards de fcfa. La microfinance se porte plutôt bien au Burkina Faso à l’image du secteur bancaire qui a réalisé 2283 milliards de fcfa de total bilan en 2012.
 
Inclusion financière
A cette même date, le nombre de bénéficiaires des services s’élevait à 1 464 846. Un nombre que le SP/PMF veut accroitre en initiant le « mobile banking ».
Il s’agit d’une technologie visant à encourager  l’utilisation du téléphone  pour offrir des services financiers. C’est à juste titre que la 6e édition du CNCAM est placée   autour du thème « la promotion et le développement du secteur de la micro finance au Burkina Faso, à l’heure des technologies de l’information et de la communication ».
Une occasion pour les acteurs de plancher sur les enjeux de l’utilisation des TICs pour l’inclusion financière des populations n’ayant pas accès aux services bancaires classiques.
De l’avis du président du comité d’organisation du CNCAM, Karfa Fayama, à travers le thème de cette édition, les participants pourront réfléchir sur les modes de prise en compte des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le développement du secteur de la micro finance.
Deux thématiques majeures devraient être abordées au cours de la session. La première est relative aux « TIC, vecteurs de croissance de l’inclusion financière en Afrique de l’Ouest ». Quant à la seconde, elle porte sur « l’utilisation du mobile banking par les SFD au Burkina Faso : état des lieux et perspectives ».
 
Faible bancarisation
Les statistiques montrent que le taux de bancarisation élargi de la Zone Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), calculé sur la base de la population de plus de 15 ans était de 15, 09% au 31 décembre 2013.
 
Du côté du ministère de l’Economie et de Finances, l’on estime qu’il est plus que nécessaire de faire des TIC, un outil dont les SFD se serviront pour renforcer l’inclusion financière au Burkina Faso à l’instar d’autres pays africains comme le Kenya ou le Ghana.
 
Au regard du niveau élevé de pénétration de la téléphonie mobile dans l’espace communautaire (70% en 2012), il y a des opportunités à saisir par le secteur de la micro finance pour consolider l’accès des populations aux services financiers de base.
Le Cadre national de concertation des acteurs de la micro finance (CNCAM) a été crée en 2009 avec pour objectif de réunir les intervenants du secteur de la micro finance autour de leurs préoccupations communes afin de trouver des solutions consensuelles et efficaces.
Alex KONE
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles