Connecte-toi avec nous

Développement

   |

La création d’une zone de libre-échange africaine renforcera les relations commerciales sino-africaine (INTERVIEW)

La création prochaine d’une zone de libre-échange africaine dans le but de favoriser les échanges commerciaux sur le continent va accroître davantage les relations économiques et commerciales sino-africaines, a affirmé l’économiste béninois Pascal Komlan lors d’un entretien accordé à Xinhua samedi.
« D’abord, sans cette création de zone de libre-échange continentale, la Chine est depuis plus d’une décennie le plus grand partenaire commercial de l’Afrique. Maintenant avec la création de ce nouveau cadre, les relations commerciales sino- africaines ne vont que connaître une croissance exponentielle », a- t-il affirmé, précisant que le commerce sino-africain, en pleine expansion depuis une décennie, a atteint 200 milliards de dollars en 2013, contre 10 milliards en 2000.
« Cette zone de libre-échange continentale doit être opérationnelle d’ici 2017 », a-t-on indiqué.
Pour M. Komlan, ce nouveau cadre commercial, une zone de libre- échange africaine, considère l’intégration régionale comme un instrument clé de l’insertion des Etats africains dans l’économie mondiale.
« La création de cette zone de libre-échange continentale serait une opportunité pour chacun des pays africains d’accélérer leur agenda de transformation économique. L’ambition pour ces pays n’ est pas de rester un Pays Moins Avancé, mais de bâtir une économie émergente », a-t-il souligné.
Cependant, a-t-il expliqué, cette émergente de l’économie des pays africains ne peut se réaliser sans le concours et l’expertise des Chinois, qui voient l’Afrique comme primordiale dans leur stratégie de développement économique.
« Notre continent détient plus du tiers des réserves mondiales de minerais. Une proportion qui monte à plus de 70% pour certaines ressources comme le fer, le manganèse, le platine ou la bauxite », a-t-il indiqué, estimant que la Chine a aussi besoin de ces ressources naturelles de l’Afrique pour son économie en pleine croissance.
Ainsi, a-t-il souligné, la présence d’un grand nombre de Chinois dans les pays africains, surtout dans les secteurs d’activités comme le secteur du bâtiment et des travaux publics ( BTP) pour la construction d’infrastructures routière, est essentielle, non seulement au développement du continent, dont les routes sont en majorité en mauvais état, mais facilite aussi le commerce des produits africains.
« L’absence d’infrastructures routières ne peut en aucun cas favoriser l’exploitation du potentiel minière dont regorge le continent, mais aussi ne facilite pas le commerce des produits sur le continent », a-t-il fait observer.
Les pays africains font des efforts depuis longtemps pour promouvoir l’intégration économique sur le continent en créant plusieurs organisations économiques sous-régionales, dont la Communiqué Est-Africaine (CEA), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Marché commun de l’Afrique centrale et australe (COMESA).

Source: Agence de presse Xinhua
french.china.org.cn

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles