Connecte-toi avec nous

Non classé

   |

La Bourse de Paris creuse ses pertes

Le CAC 40 évolue en nette baisse en début d’après midi, tiré vers le bas par le secteur bancaire. Ouverte le 11 novembre, la Bourse de Paris avait progressé hier de 0,5 % dans des volumes minuscules.

Le marché parisien subit de sévères prises de bénéfices aujourd’hui, après deux séances de progression. En début d’après midi, le CAC 40 recule de 1,34 % à 4.187,05 points. La veille, au terme d’une séance largement désertée en raison de la commémoration de l’armistice de 1918, il avait progressé de 0,50 % dans le sillage de Wall Street.

Dans des volumes peu étoffés, Wall Street a fini sur une hausse infime hier, l’indice Dow Jones et le S & P 500 enregistrant néanmoins au passage un cinquième record de clôture d’affilée.

Aujourd’hui, les opérateurs digèrent une légère hausse de la production industrielle en zone euro en septembre (+0,6 % après -1,4 % en août). Ils pourront se faire une meilleure idée de l’état de l’économie de la zone euro lors de la publication vendredi des chiffres sur la croissance au troisième trimestre dans la région et sur l’inflation le mois dernier.

A Paris, le gouvernement a présenté ce matin un projet de budget rectificatif pour 2014 qui acte le dérapage du déficit de l’Etat : il atteindra 88,2 milliards d’euros à la fin de l’année 2014, soit 4,3 milliards d’euros de plus que ce qui était prévu cet été.

Dans une actualité très limitée du côté des entreprises, le secteur bancaire est sous pression. La Fédération bancaire française (FBF) a dénoncé ce matin la «nouvelle augmentation des impôts» que contient le budget rectificatif (PLFR) et enjoint le gouvernement à y «renoncer». Les amendes infligées par les autorités américaines et britanniques à cinq établissements pour manipulation présumée des taux de change pèsent également sur le secteur. Le régulateur britannique FCA (Financial Conduct Authority) a annoncé imposer des amendes d’un total de 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros) à UBS, HSBC, Royal Bank of Scotland, Citigroup et JP Morgan. La CFTC (Commodity Futures Trading Commission) américaine a annoncé de son côté des amendes de plus de 1,4 milliard de dollars pour le même motif, avec des pénalités de 310 millions pour Citi et JP Morgan, de 290 millions pour RBS et UBS et de 275 millions pour HSBC.

Les cours du brut se replient encore, le WTI et le Brent étant bien partis pour accuser respectivement leur septième et huitième semaine de baisse consécutive. Sur le marché des changes, le dollar reflue quelque peu face au yen et à l’euro. Les cambistes regardent également du côté du franc suisse, qui a atteint un pic de deux ans, à 1,2021 franc, contre l’euro. La Banque nationale suisse a imposé un plafond de 1,20 pour un euro au franc suisse au cours des trois dernières années afin de protéger les exportateurs suisses et de préserver une inflation positive.

Les valeurs à suivre

Les valeurs bancaires continuent de peser sur l’indice à l’image de Crédit Agricole (-3,5 % à 10,08 euros), BNP Paribas (-2,21 % à 47,01 euros) et Société Générale (-2,77 % à 35,32 euros).

Le trafic passagers d’Air France-KLM (+0,04 % à 7,18 euros) a progressé de 2,1 % en octobre avec 6,9 millions de passagers transportés, mais le fret a au contraire reculé de 1,2 %.

L’homme d’affaires italo-américain Andrea Bonomi a relevé à 23 euros son offre sur Club Méditerranée (+1,51 % à 23,46 euros), soit deux euros de plus que sa proposition initiale et un euro de plus que l’offre améliorée du chinois Fosun.

Herve Rousseau, Guillaume Bayre, AFP, AP, Reuters Agences
lefigaro.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles