Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Koura Boot camp 2019 : Promouvoir l’entrepreneuriat agricole pour une autosuffisance alimentaire au Burkina Faso

Abdoul Afize Ouédraogo, le président de l’Association Koura

86% de la population active burkinabè est agricole mais le Burkina Faso peine à atteindre l’autosuffisance alimentaire, quand on sait également que le secteur agricole constitue une composante essentielle de l’économie du pays.

La production agricole est dominée par les céréales (sorgho, mil, maïs et riz), principales cultures vivrières, par le coton, principale culture de rente, et par l’élevage. « Entrepreneuriat agricole et TIC », c’est sous ce thème que l’association Koura organise la quatrième édition du Koura Bootcamp du 17 au 19 Octobre 2019 au Centre National des Arts du Spectacles et de l’Audiovisuel (CENASA).

« La fonction publique est saturée et l’auto emploi, l’entrepreneuriat s’imposent à nous comme une solution idoine à une problématique qui, en l’absence d’action, sera un problème sociopolitique pour notre contrée, le chômage », a lancé le président de l’Association Koura, Abdoul Afize Ouédraogo. C’est pourquoi l’association Koura a mis en place cet évènement annuel pour faire la promotion de l’entrepreneuriat et de l’innovation et initier les participants sur les aspects spécifiques de l’entrepreneuriat.

Vu des participants

 

« Face aux défis liés en matière de croissance démographique, en matière de problèmes liés à l’environnement, l’agriculture portée par les TIC peut permettre d’atteindre l’autosuffisance alimentaire », explique le président de l’association sur le choix de la thématique de cette 4ème édition. Trois jours durant, les participants seront entretenus par des panels, des ateliers de créativité, et un concours de speech.

L’un des leviers pour une indépendance alimentaire au Burkina Faso, sera sans doute le développement agricole et agroindustriel et le secteur privé a un rôle déterminant y à jouer pour un renouveau du secteur agricole, d’où l’entrepreneuriat agricole.

Même si l’Etat a une partition à jouer, il reviendra également aux consommateurs de changer leurs comportements d’achats vis-à-vis des produits locaux.

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles