Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Jeunes bacheliers: Comment réussir son orientation universitaire ?

Chaque année, des milliers de jeunes burkinabè décrochent le BAC. Malheureusement, faute d’une bonne orientation, beaucoup échouent à l’université. Le taux de déperdition est également important au niveau des étudiants déjà inscrits. Sans être la seule cause, la mauvaise orientation figure souvent en tête des facteurs d’échec. A quelques mois de la rentrée, il est donc important de se pencher sur cette problématique pour permettre aux jeunes bacheliers d’envisager plus sereinement leur avenir.

L’Université de Ouagadougou, pour ne citer que cet exemple, accueille annuellement en moyenne 10 000 étudiants. Les nouveaux venus se retrouvent souvent totalement perdus dans ce nouvel univers. A l’Université de Ouagadougou, il n’existe pas encore le principe de la Welcome Week à laquelle les nouveaux étudiants ont droit dans les universités européennes et américaines. Cette semaine de bienvenue a pour finalité de permettre aux nouveaux étudiants de prendre très rapidement conscience des réalités de l’université. On leur présente peu à peu le fonctionnement des lieux, de la stratégique bibliothèque universitaire aux services sociaux en passant par la vie associative,…
A l’université de Ouagadougou, les étudiants sont généralement laissés à eux mêmes. Ceux qui n’ont pas bénéficié d’un coaching adéquat se retrouvent donc face à un dilemme ? Que faire ? Vers quelle filière s’orienter ? Quelles sont les exigences de cette filière ? Comment y réussir ? Et oui ! Ils sont encore très nombreux ces étudiants qui se posent ces questions au moment où ils sont à l’université ! C’est une réflexion qui aurait dû être menée bien avant. D’où la nécessité du projet d’orientation.

Qu’est ce qu’un projet d’orientation ?

Un projet d’orientation est un projet que l’élève élabore progressivement tout au long de son cursus scolaire, dans le but de dégager sa voie professionnelle future. Ce projet s’élabore à partir de sa personnalité, de ses goûts et aspirations, de ses potentialités. C’est en se connaissant mieux et en cernant avec précision ses désirs et ses attentes, que l’élève trouvera les idées et l’énergie nécessaires pour prendre en main son avenir. De ce fait, construire son projet d’orientation ne se fait pas en un seul jour. Le projet est comme un fruit petit et vert mais qui va changer de forme et de couleur, qui va croître et mûrir jusqu’à ce qu’il soit prêt à la consommation.

Chaque élève doit pouvoir élaborer un projet, parce qu’il conditionne la vie professionnelle et même l’existence toute entière. Un jeune capable de concevoir un projet de formation et qui le fait savoir aura plus de chances de réussir que celui qui a opté malgré lui pour une orientation qui ne l’enthousiasme pas. Le principe est que personne, hormis l’élève lui-même, ne détient la réponse aux interrogations qu’il porte sur lui même et sur son avenir.

Procédures d’orientation

Les déterminants de l’orientation sont le résultat d’une réflexion de l’élève sur sa propre motivation, ses propres intérêts, son propre projet. Ils s’articulent autour des notes scolaires, de la connaissance de qu’il a de lui-même (l’orientation de l’élève est le résultat des réflexions personnelles) de la connaissance des environnements scolaire et professionnel, des possibilités de formation et des débouchés professionnels, de l’appartenance sociale de l’élève qui constitue souvent un tremplin ou un frein dans son élan. Face à son avenir, le jeune doit donc faire face à un ensemble de pressions à la fois familiale (parents, aînés), financière (pauvreté), sociale (collectivisme) et institutionnelle (offres réduites de formations, plus ou moins grande rigidité de l’orientation…)
A l’université de Ouagadougou, les nouveaux bacheliers en fonction d’un calendrier précis doivent faire une demande d’orientation dans la quelle ils sont tenus de préciser trois filières par ordre de préférence. Après analyse et sélection des dossiers des étudiants par rapport aux différents profils, la liste d’orientation est affichée. Il reste à l’étudiant de procéder à l’inscription administrative. Ensuite il fera l’inscription pédagogique dans l’école, l’institut ou l’UFR d’accueil. Dans certains écoles et instituts, les étudiants font des tests d’entrée.

Pour l’orientation du nouveau bachelier, il est tenu compte d’une part de l’adéquation entre les filières sollicitées et la série de BAC et d’autre part du mérite de l’étudiant. Les étudiants ayant obtenu au minimum la mention assez bien (12/20) sont orientés d’office dans la première filière qu’ils ont choisie. Les autres seront orientés selon la moyenne d’orientation laissée à l’appréciation de la commission d’orientation.

De part et d’autre, les élèves et étudiants doivent alors faire un travail conséquent pour des choix judicieux et pour l’avenir. Le centre national de l’information, de l’orientation scolaire et professionnelle et des bourses (CIOSPB), les conseillers d’orientation scolaire et universitaire, les enseignants et encadreurs, les ainés, les amis et connaissances,… peuvent être mis à contribution pour une orientation réussie.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

10 précieux conseils pour réussir son année universitaire. Extrait d’un « Guide Etudiant »
1. De la confiance : Les études supérieures sont la suite logique du lycée, vous devrez vous habituer à plus d’autonomie et c’est un grand changement. Donc ayez confiance dans vos capacités, vous devrez cependant vous imposer un peu d’organisation.
2. De l’organisation : Planifiez votre travail, fixez-vous des objectifs avec des échéances précises et respectez-les. Des enseignements de méthodologie vous seront dispensés, ne les manquez pas.
3. De la constance : Soyez assidu aux cours, les étudiants qui réussissent assistent à tous les cours. Avoir toujours en tête qu’une heure de cours, c’est une heure de travail personnel qui nécessite relecture et approfondissement par des recherches complémentaires.
4. De la motivation : 90 % des étudiants qui réussissent ont choisi une filière dont le contenu les intéresse. Cet intérêt donne l’énergie et la motivation qui permettent de surmonter avec succès les difficultés.
5. De l’application : Vous disposez de quantités de ressources utiles pour approfondir vos connaissances. Un grand appétit de savoir et l’usage fait de ces ressources font souvent la différence entre les bons et les meilleurs étudiants.
6. De l’entraide : Le sentiment de solitude est fréquent chez les étudiants, surtout au début. Essayez de constituer des petits groupes de travail. Vous vous encouragerez mutuellement et vous améliorerez vos résultats.
7. Des réflexes : Si vous avez des doutes, des interrogations, des difficultés, demandez de l’aide. Des personnes compétentes peuvent vous aider, n’hésitez pas à les solliciter.
8. De la sociabilité :Un bon moyen de s’intégrer et de lier connaissance est de s’engager dans une association. Contactez le service de la vie étudiante qui vous orientera vers les nombreuses possibilités qu’offre votre campus.
9. Du répit : Aérez-vous la tête, offrez-vous des temps de pause en pratiquant une activité sportive ou culturelle. C’est aussi un bon moyen de faire de nouvelles connaissances.
10. De la hauteur de vue : Prenez le temps de réfléchir à votre avenir, n’hésitez pas à vous questionner sur vos réelles motivations et vos intérêts pour la filière choisie.

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles