Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Investec Property Fund lève 26 millions $ en dépit des craintes sur l’immobilier sud-africain

Le fonds d’investissement Investec Property Fund, appartenant à la firme Investment Asset Management et coté sur le Johannesburg Stock Exchange, a annoncé avoir conclu avec succès son carnet d’ordre accéléré, en plaçant en plaçant 18,88 millions de nouveaux titres à des investisseurs ciblés au cours de 15,4 rands. Les nouvelles actions seront ainsi cotées dès le 18 novembre prochain, avec droit de jouissance sur les bénéfices intérimaires distribuables en décembre.

Le fonds lève ainsi un montant global de 299,9 millions de rands, soit environ 26 millions $, qui devrait lui servir à financer l’acquisition de cinq portefeuille que ses manager estiment être « de grande qualité ». Il faut noter qu’à ce prix de vente, les actions ont été cédées avec une décote de 3,4% sur le cours moyen de l’action IPF sur les cinq jours précédant l’opération, mais avec une plus-value de 0,1% sur le cours moyen de la même actions sur le dernier mois

La constitution de ce carnet d’ordre représente à lui seul le dilemme dans lequel sont actuellement plongés les actifs du secteur de l’immobilier aux yeux des investisseurs sud-africains. En 10 ans, le nombre de société cotées du secteur a fortement progressé, atteignant actuellement près de 400 milliards de rands, soit environ 35,7 milliards $.

Pourtant les investisseurs sont de plus en plus nombreux à se demander si l’investissement peut continuer de produire des rendements dans le contexte actuel de morosité de l’économie sud-africaine, où la croissance est en baisse, la relance difficile parce que le déficit public s’accroit, l’inflation gagne du terrain avec des conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages et les banques se montre plus sélectives dans l’octroi des prêts, depuis le scandale African Investment Bank. Certaines comme Nedbank, doutent aujourd’hui de la capacité des personnes à rembourser leurs emprunts immobiliers

Sur la question, les analystes sud-africains sont partagés. Certains pensent que la morosité de l’économie devrait effectivement entrainer un recul de la demande dans de nombreux secteurs, notamment celui de l’immobilier, mais que la faible demande devrait être compensée par la hausse des prix des espaces loués ce qui, sur le moyen terme, stabiliserait les revenus du secteur. L’investissement dans l’immobilier étant considéré comme sûr en Afrique, cela devrait continuer d’attirer des investisseurs.

Pour d’autres analystes, la situation mérite une réflexion profonde. Ils estiment que la valeur nette d’inventaire des actions d’entreprises cotées du secteur de l’immobilier a de loin dépassé leurs valeurs réelles et, de ce fait, un recul marqué de la demande dans le secteur risquerait d’être catastrophique pour ceux qui y ont fait des placements. Pour l’heure, le défi semble encore très discuté, les titres des entreprises du secteur de l’immobilier, à l’instar de l’opération réussie par Investec Property Fund, continue de séduire les investisseurs, quoique ces derniers semblent se montrer plus prudents.

Idriss Linge
Agence Ecofin

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles