Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Intégration économique régionale : Le Pr Alioune Sall lance la réflexion autour des scénarii possibles dans les relations CEDEAO-UEMOA lors du Forum Scientifique de l’UEMOA

                                     Une photo de famille des différents participants          

Plus de trois cents experts venus des pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) prennent part au Forum scientifique de l’institution à Ouagadougou, placé sous le thème « UEMOA 25 ans : ensemble relevons le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé » La tenue du forum entre dans le cadre des célébrations des 25 ans de création de l’UEMOA.  

L’UEMOA constitue un modèle d’intégration réussie en Afrique.  Ces propos du Président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima ont planté le décor du Forum scientifique organisé par l’institution à l’occasion de la célébration de ses 25 ans d’existence. Cette rencontre des intellectuels et spécialistes de divers domaines et d’horizon, constitue une occasion pour ceux-ci de réfléchir sur la libre circulation des personnes et des biens dans un contexte sécurisé au sein de l’Union.

Le Directeur Exécutif de l’Institut des Futurs Africains, le Pr Alioune Sall a animé la conférence inaugurale portant sur le thème « Enjeux de l‘intégration et perspectives de l’Afrique en général et de l’Afrique de l’Ouest en particulier .» Cet érudit des questions africaines a tenue l’assistance en haleine pendant plus d’une heure. De l’état des lieux du processus d’intégration régionale, en passant par les nouveaux défis sécuritaires ainsi que la Zone de libre-échanges continentale Africaine (ZLECAF) ainsi que les perspectives macro-économique, il a ouvert le débat sur les opportunités qu’offre l’intégration surtout pour les futures générations.

Le Président de la commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima

De l’avis du Président de la Commission de l’Union, Abdallah Boureima, l’UEMOA constitue un modèle d’intégration réussi en Afrique. Pour preuve, 25 ans après, l’institution enregistre des acquis au titre desquels, l’adoption de la directive, relative à la mobilité des étudiants dans l’espace UEMOA. Cette directive selon le Président, permet à tout étudiant d’un état membre de s’inscrire et de poursuivre ses études partout dans les universités publiques de l’union aux mêmes conditions que les nationaux. Au nombre des acquis, l‘institution compte également les directives portant sur la circulation et le libre établissement des professions libérales de l’espace s’agissant notamment des médecins des chirurgiens-dentistes, des pharmaciens, des architectes, des experts-comptables et des Avocats a poursuivi le Président de la Commission Abdallah Boureima.  Il a aussi abordé l’institutionnalisation d’un visa unique avec l’adoption en mars 2009 d’un article additionnel instituant la politique commune de l’union, dans le domaine de la circulation et du séjour des personnes non ressortissantes de l’union.

Par ailleurs certains défis restent. Il s’agit de ceux liés aux faibles échanges commerciaux intra-Etats qui ressorttent autour de 11%. Aussi certains textes sur le droit d’établissement ne sont pas appliqués par certains Etats. Il a surtout insisté sur les défis liés à la sécurité grandissante au sein de l’union, qui fragilise l’avancée du processus vers une intégration régionale.

Pour l’heure le Pr Alioune Sall a recommandé pour plus de perspicacité la réflexion autour des scénarii possibles dans les relations CEDEAO-UEMOA et de voir dans la gamme des avenirs possibles quel est celui sui serait le plus souhaitable.

Balguissa Sawadogo

Ecodafrik

 

Encadré : Extrait de dossier de presse

La Zlecaf a été signée par tous les Etats Africains à l’exception de l’Erythrée, le dernier en date étant le Nigéria. Ratifié à la date du 9 juillet 2019 par 27 pays il est officiellement lancé. La Zlecaf devra aboutir d’ici 2028, à la création d’un marché unique continental comptant plus 1,3 milliard de consommateurs et d’une union économique et monétaire en s’appuyant sur les CER. Selon le Rapport sur le développement économique en Afrique 2019 de la CNUCED, la phase de transition vers la Zone de libre-échanges continentale pourrait à elle seule génère 16,1 milliards de dollars de gains et induire un accroissement de 33% du commerce intra-africain.

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles