Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Innocent Belemtougri : « Personne ne viendra développer l’Afrique à la place …

Innocent Belemtougri : « Personne ne viendra développer l’Afrique à la place des africains »

Jeune entrepreneur burkinabè sinon l’on serait tenté de dire jeune entrepreneur africain intervenant dans la promotion de la culture et l’organisation d’évènementiel professionnel tel le Salon international des énergies, des mines et des carrières (SEMICA), Innocent Belemtougri est un nom connu à travers ces évènements. Mais qui est l’homme en vérité. Découvrez le parcours d’un jeune homme plein de d’espoir et de vision pour l’Afrique et son pays le Burkina Faso.

Ecodufaso.com : Qui est Innocent Belemtougri ?
Innocent Belemtougri : Innocent Belemtougri est le Directeur général de Bitel Communication qui est une SARL spécialisée dans le conseil en communication, le marketing opérationnel et l’évènementiel. L’agence existe depuis 2005, et aujourd’hui se positionne comme une marque qui anime tant bien les évènements culturels que les évènements professionnels.

Ecodufaso.com : Parlez-nous de votre parcours scolaire et universitaire
Innocent Belemtougri est un jeune burkinabè de père et de mère. Né à Ouagadougou un 08 mars 1975, et qui la même année pour des raisons professionnelles de ses parents s’est retrouvé à Bobo Dioulasso où il a fait sa tendre enfance. Il a été d’abord au groupe scolaire Ecole Nouvelle, ensuite au Collège de Toussiana avec les frères des écoles chrétiennes. Il a terminé son cursus après son Bac à l’EST de Lomé et il s’est spécialisé en Marketing. Il est donc aujourd’hui Docteur en Marketing. Innocent Belemtougri a en effet un profil de Communicateur Marketeur. Et nous avons eu très jeune un coup de cœur pour la culture donc depuis maintenant plus d’une vingtaine d’années nous organisons des évènements culturels. D’où notre grand amour pour l’expression artistique surtout sur scène et nous nous faisons fort d’arriver à offrir au public des évènements d’une qualité relevée. Par ce qu’il est important pour animer une société qu’il ait des évènements culturels de qualité et c’est ce qui permet de donner la joie aux populations et qui permet aussi de marquer des dates précises dans la vie humaine. Ce qui fait qu’hier est diffèrent d’aujourd’hui et aujourd’hui est différent de demain.

Ecodufaso.com : Avez-vous une anecdote qui vous tient à cœur à cette période de jeune âge?
Je dirai plutôt un évènement que j’ai organisé qui m’a marqué dans ma vie. C’était un spectacle que j’ai organisé au théâtre de l’amitié à Bobo Dioulasso (ndlr : dans la région des Haut bassins au Burkina Faso). Le théâtre de l’Amitié est une salle à ciel ouvert et il pleuvait ce jour car on était au mois d’août. La salle était archi pleine. Et malgré la pluie, les artistes ont continué de chanter et le public était toujours là aussi. Les gens se sont protégés de la pluie mais personne n’est sorti. Toute la salle dansait et les gradins même vibraient et moi j’avais peur. Et j’ai même coulé des larmes ce jour par ce qu’ c’était la première fois pour moi de voir un public scotché à ces artistes et idem pour les artistes qui étaient connectés à leur fans et faire la fête ensemble c’était émouvant. Imaginer C’était extraordinaire par ce que tout le monde y trouvait du plaisir. C’est un évènement qui m’a marqué et qui m’encourage quand j’ai le moral assez bas j’y repense et ça me donne beaucoup de courage pour tenter encore d’offrir au public ce type d’évènements.

Ecodufaso.com : Un mot sur le SEMICA
Le SEMICA est un salon professionnel dédié aux trois secteurs notamment les mines, l’énergie et les carrières que nous avons imaginé et pu organiser au Burkina Faso à la faveur du boom minier que connait l’ensemble de l’Afrique. Nous avons voulu doter l’Afrique en général, l’Afrique de l’Ouest et le Burkina Faso en particulier d’un évènement qui va drainer le reste du monde vers nous. Notre continent est extrêmement riche, mais nos populations ne le savent pas et elles tombent quelque peu dans le désespoir. Donc il est important de redonner de l’espoir aux populations africaines et à leur dire une certaine vérité. L’Afrique est riche il suffit juste que nous puissions exploiter cette richesse-là afin de transformer notre environnement. Le SEMICA représente ceci, l’avenir de l’Afrique par ce qu’aujourd’hui nul ne peut nier que l’Afrique est extrêmement riche. C’est connu de tout le monde et ceux qui le savent le moins ce sont les africains. C’était important pour nous de s’appuyer sur ces richesses là pour promouvoir l’Afrique, parler de l’Afrique sur le plan international positivement. Sur les médias hors du continent, lorsqu’on parle de l’Afrique on parle de l’Afrique qui a des problèmes. Nous nous voulons à travers le SEMICA parler de l’Afrique qui gagne, c’est tout un espoir. C’est le lieu pour nous d’inviter les africains et le reste du monde à prendre part pleinement afin de voir quelles sont les meilleures pratiques et créer ensemble un marché des mines et des carrières au Burkina Faso. Cela fait cinq ans que nous nous sommes établis à travers cet évènementiel. Le SEMICA est parti d’un constat qu’il y a beaucoup de chose qui sont faites et qui ne sont pas connues et nous essayons de les transporter afin que les africains soient fiers d’eux-mêmes. L’activité se tient chaque année courant le mois de mai la dernière semaine jeudi-vendredi-samedi.

Ecodufaso.com : Le SEMICA est un grand évènementiel qui draine du monde. Où trouver vous toute cette énergie pour l’organisation?
Avant de faire le SEMICA j’ai eu l’opportunité de faire quelques voyages notamment dans le monde occidental et j’ai été fortement émerveillé. Mais je suis arrivé à la conclusion que ceux qui ont construit l’occident n’avaient pas deux têtes. Ce qui veut dire que c’est également possible pour les africains. J’étais formellement convaincu et je le reste encore que personne ne viendra développer l’Afrique à la place des africains. Donc vous comprendrez mon engagement et la source de mon énergie. J’ai envi que l’Afrique aille vite et bien, que le contient se développe très rapidement par ce que nous savons tous qu’il suffit juste de bouger.

Ecodufaso.com : A quoi ressemble le quotidien de M. Belemtougri ?
Mes journées en général en semaine c’est maison bureau rendez-vous et maison. A partir du week end c’est maison boulot et église par ce que je travaille même les samedis et les dimanches. J’aime bien passé quand je peux mes dimanches avec ma fille. Sinon le seul loisir que je pratique souvent c’est le jeu de billard. Car c’est un jeu de précision qui demande beaucoup de concentration et d’anticipation.

Ecodufaso.com : Quels conseils avez-vous à l’endroit des jeunes qui aimeraient vous emboiter le pas et même au-delà ceux qui veulent se lancer dans l’entreprenariat ?
Mon conseil sera une anecdote. Lorsque nous avons conçu le projet du SEMICA avant la première édition nous avons rencontré des personnalités, des gouvernants, de ce pays pour leur parler du projet. Et certains nous ont déconseillé de le faire simplement en nous disant que le secteur des mines est une chasse gardée et qu’il fallait pour nous, pour pouvoir réaliser cet évènement essayer de réaliser un salon international des énergies et des carrières en enlevant les mines par ce qu’il n’était pas question qu’un privé parle des mines. C’est le conseil qui nous a été amicalement donné. Alors, lorsque nous avons quitté cette audience, nous avons simplement sorti notre pièce d’identité pour nous assurer que nous étions burkinabè. Et au vue de cela nous nous sommes convaincu que nous allions réaliser ce salon si nous sommes réellement burkinabè. Et Dieu nous a permis de prouver que nous sommes burkinabè que nous aimons notre pays. Nous avons pu réaliser le SEMICA. Malgré les difficultés que nous avons connues, cet évènement tient la route simplement par ce qu’il est juste il est bon que les africains organisent eux-mêmes leur développement comme ils l’entendent et à un rythme accéléré pour rattraper les autres sinon les dépasser. Nous avons tous les ingrédients pour être les leaders de ce monde. Ce qui nous manque c’est la vision, la stratégie et l’anticipation sur nos actions. Nous sommes trop prévisibles et c’est extrêmement dangereux dans un monde compétitif. L’Afrique a toutes les armes pour être leader de ce monde. Quand on dit que l’Afrique est le devenir du monde moi je dis non l’Afrique est aujourd’hui l’actualité même du monde. Le monde entier jalouse l’Afrique mais les africains l’ignorent. Il faut que nous prenions conscience que c’est au quotidien à travers nos activités quotidiennes que nous allons développer ce continent. La qualité de vie que nous avons aujourd’hui malgré notre pauvreté matériel vous ne l’a trouverez nulle part ailleurs. L’Afrique est le plus beau continent où il fait mieux vivre. La preuve voyez un peu les coopérants occidentaux qui viennent en mission, lorsque leur mission finit ils ne veulent même plus repartir. Chez eux, ils sont réduits souvent à avoir un petit appartement de 30mètres sur 6, ici ils ont de grosses villas. Je vous parle d’une qualité de vie réelle. Nous avons l’espace nous avons extrêmement de richesse et si nous ne prenions garde notre secteur agricultural sera envahi par les occidentaux qui sont à la recherche de terres encore riches. Et je pense même que ça déjà commencé. L’Afrique est extrêmement riche c’est le message qu’il faut faire passer à tout le monde afin que chacun soit fier de lui-même et travaille à changer son quotidien et son environnement.

Ecodufaso.com : Nous constatons des certifications et distinctions accrochées dans votre bureau par ci et par là. Un mot la dessus ?
Je suis une personne impliquée dans ma communauté. Et ce qui fait que je suis membre de club service qui regroupe des personnes sensibles à la pauvreté dans leur environnement et aux besoins des plus nécessiteux et des plus faibles dans la société. Nous essayons autant que nos moyens nous le permettent d’apporter un soutien aux plus démunis de la société afin qu’ils ne restent pas en marge du développement. Et ce à travers des activités que nous organisons grâce au Lions Club International.
Parole de sagesse : « La jeunesse africaine doit savoir que nous sommes riches. Faut que chacun le comprenne une bonne fois pour toute nous n’avons rien à envier aux autres. Cela doit être une véritable source de motivation pour tous. » Innocent Belemtougri

Entretien réalisé par Balguissa Sawadogo

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles