Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Initiative 5000 métiers à tisser : 1420 métiers à tisser remis à des associations et entreprises tisseuses

Les officiels à la cérémonie

Le ministre du commerce de l’industrie et de l’artisanat Harouna Kaboré vient de remettre 1420 métiers à tisser à plus de 176 associations et entreprises de tisseuses. La cérémonie officielle de remise de ces métiers à tisser, a été rehaussée par la présence des partenaires, le 31 Août 2020.

L’impact socio-économique de ces métiers s’avère important pour la nation en termes de création d’emplois et de revenus. En effet, plus 8500 emplois seront créés, selon le ministre du commerce Harouna Kaboré, avec un impact sur les conditions de vie. Cette initiative entre dans le cadre de l’autonomisation de la femme, axe 3 du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

Les femmes qui ont déjà bénéficié de ces équipements ont vu augmenter substantiellement leurs productions dont le corollaire est l’augmentation de leurs chiffres d’affaires, confie la représentante des bénéficiaires, Germaine Compaoré/Bonkoungou. « Ces métiers à tisser additionnels qui nous seront remis, les effets sur les conditions de vie et de travail des femmes et de nombreuses familles seront fort appréciables », ajoute Mme Compaoré.

La représentante des bénéficiaires, Germaine Bonkoungou/Compaoré

Selon Mme Compaoré, les équipements qui leur seront attribués constituent un grand soulagement et un appel à redoubler plus d’ardeur au travail pour que ces métiers nous soient profitables au maximum à l’ensemble des membres. Elle a donc interpellé tous les responsables d’associations à plus de responsabilité dans la conduite de leurs affaires en mettant l’accent sur la qualité des produits en vue d’améliorer leur compétitivité. Toute chose, qui contribuera à valoriser davantage le patrimoine culturel burkinabè à travers la promotion du pagne « Faso Dan Fani » sur le plan national et international, a souligné le ministre en charge du commerce Harouna Kaboré.

En outre, les difficultés ne manquent pas. Et les associations et entreprises de tisseuses font face à d’énormes défis dans l’exercice de leurs activités. Il s’agit notamment de l’écoulement des produits artisanaux et la formation des membres. Mme Germaine Compaoré a donc plaidé pour que des solutions soient trouvées en vue de faire face à ces défis pour le plus grand bonheur des femmes et des artisans du textile.

Des métiers à tisser pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des tisseuses

L’initiative 5000 métiers est évaluée à un coût global de 540 000 000 de francs CFA, financée grâce à l’accompagnement de partenaires au développement et des acteurs du secteur privé local sous forme de subvention. En effet, depuis son lancement, des femmes de plus d’une soixantaine d’associations de tisseuses ont reçu des métiers à tisser et des balles de fil en 2019.

La mise en œuvre de la première phase de l’initiative de renforcement des capacités productives des tisseuses par la dotation de 5 000 métiers à tisser aurait permis d’apporter un début de solutions aux problèmes des associations de la filière du tissage artisanal.

Selon une évaluation faite par la Direction Générale de l’Artisanat, le chiffre d’affaires moyen mensuel des associations bénéficiaires de la région des Hauts-Bassins a connu un accroissement de plus de 4% en un trimestre d’utilisation.

Sombéwendin Micheline Thiombiano/Nanéma

Ecodafaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire