Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Industrie au Burkina : Les professionnels en quête de solutions face à la fraude et aux invendus

Le Groupement Professionnel des Industriels du Burkina Faso a été reçu en audience par le Premier Ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba le vendredi 03 août 2018. Au menu des échanges, la situation difficile de fraude et de mévente dans le secteur industriel et plus précisément le sous-secteur huilerie.

Au Burkina Faso, l’industrie compte pour 23 % du PIB et emploie moins 10 % de la population active. Les deux principales activités industrielles sont la manufacture et la production minière. La manufacture reste à un stade embryonnaire et n’emploie que 1 % de la population. Ces données de nos confrères du journal Les Economies africaines  laissent percevoir un secteur à fort impact économique malheureusement très peu exploité.

Les responsables du Groupement Professionnel des Industriels l’ont compris et veulent rompre avec la passivité. C’est ce qui a motivé une rencontre de plus d’une heure d’horloge avec le chef du gouvernement burkinabè. Pour le président du groupement Mamady Sanoh , la réunion a permis d’aborder plusieurs sujets. Notamment les problèmes de la mévente des unités industrielles. Il explique à ce propos qu’aujourd’hui la situation est extrêmement difficile dans plusieurs unités industrielles, notamment le sous-secteur de l’huilerie qui a près de 10 milliards de stocks invendus a indiqué le président Sanoh.

president_gpi

Le Président du Groupement professionnel des Industriels du Burkina Mamady Sanoh, décrit une situation moins reluisante du leur secteur

A titre illustratif le doyen des industriels énumère : « Nous avons évoqué le cas de SNSOSUCO qui a aussi de près de 15 mille tonnes de sucre invendus. Il y a le cas des sous-traitants de ces industries qui sont des sociétés d’emballages comme Faso Plast. Nous avons évoqué la situation des producteurs de farine. A cela il ne pas perdre de vue le cas d’une société citoyenne qui est Sap Olympique qui est une société qui s’est battu depuis depuis la nuit des temps pour survivre et qui a aussi un stock immense et énorme.»

Un pays ne peut se developper sans industries. Nous ne pouvons pas aller directement dans le tertiaire sans industrie a martelé Monsieur Sanoh.

Face à une telle complexité, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré se veut plus rassurant. Selon lui, la relation gouvernement secteur privé est très importante. Nous travaillons chaque jour à ce que cela puisse permettre de continuer à développer de nouvelles unités industrielles et aussi la protection de ce qui existe déjà a-t-il confié. Régulièrement, ces questions liées à l’écoulement des produits manufacturés reviennent. C’est une occasion de faire le point des difficultés rencontrées et aussi l’ensemble des solutions à envisager pour arriver à juguler les problèmes invite-t-il.

Parmi l’ensemble des propositions du groupement et celle que le ministère est en train de mettre en place il y a quelques points de convergence. Les instructions ont été données de continuer dans ce sens. Nous pensons qu’avec l’ensemble des mesures qui sont programmées on devrait mettre en oeuvre  une nouvelle orientation de ces questions conclu le ministre en charge de l’Industrie.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 

Encadré : Indice Harmonisé de la production industrielle INSD

 

L’indice des industries manufacturières est en baisse (-14,3%) par rapport au deuxième trimestre 2017 …

L’indice des industries manufacturières a connu un recul (-14,3%)au cours du troisième trimestre 2017, comparativement au trimestre précédent. Cela est dû essentiellement au fléchissement de l’activité dans les industries textiles et du cuir (-52,8%), dans les industries alimentaires et de tabac (-20,9%)et enfin dans les industries métalliques (-8,6%).  Cependant, la hausse de l’indice dans les industries pétrolières, chimiques et caoutchouc, plastiques (57,7%), dans les autres industries de fabrication (31,3%) et dans les industries du verre, de la céramique et des de construction (13,8%) a contribué à atténuer la baisse de l’indice des industries manufacturières. L’indice des industries manufacturières est en baisse de 4,4% par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.