Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Industrie-Artisanat au Burkina : Les acteurs notent une performance satisfaisante en 2018

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat Harouna Kaboré face à la presse

 

Le Cadre Sectoriel de Dialogue « Transformations Industrielles et Artisanales » a organisé sa première revue annuelle le lundi 25 février 2019 à Ouagadougou. La cérémonie a été présidée par le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kabore et en présence du Ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani.

La revue annuelle du cadre sectoriel de dialogue « Transformations Industrielles et Artisanales » est un cadre qui réunit les responsables des structures centrales, déconcentrées et rattachées du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, du Ministère de l’Energie, du Ministère des Mines et des Carrières et du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Ce, dans l’objectif de faire le bilan des actions menées dans leur département respectif au cours de l’année écoulée et en lien avec le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

A ce propos, l’année 2018 affiche des résultats satisfaisants. Elle a enregistré un taux d’exécution de  75%.

Le département de l’industrie a enregistré en termes d’acquis. Il s’agit  les mécanismes de financement des PME et PMI ainsi que des accompagnements en termes de formation et les réformes pour améliorer le climat des affaires au Burkina Faso.

Sur le plan de l’énergie, il y a eu un accroissement du nombre de mégawatt et de la production, même si cela n’est pas encore perceptible. A cela il faut ajouter le fait que 256 nouvelles localités ont été électrifiées et 26 villages placés sous énergie solaire.

Au niveau des mines et carrières, la production d’or est passée de 38 tonnes en 2016 à 45 tonnes en 2017.Pour l’année 2018, la production est estimée  à 53 tonnes d’où un « taux d’accroissement de 18% ».

De plus, avec la bonne  tenue du cour de l’or, le Burkina Faso a pu exporter 1540 milliards de francs CFA avec une contribution directe au budget de l’Etat de 266 milliards. Ce qui fait des mines un secteur qui contribue à hauteur de « 11% du PIB ».  Et dans le cadre de la lutte contre la fraude, 33,3 kilogrammes d’or ont été saisis.

Du côté de la culture et de l’artisanat l’on note 2200 artisans enregistrés avec un taux de production de 187%. En ce qui concerne la musique, le bureau burkinabè des droits d’auteur (BBDA) à quant à lui enregistré un taux d’accroissement de l’adhérence des artistes de l’ordre de 18,22% en 2018. Celui de la production des titres est de 37,03 % et celui des droits d’auteurs est de 79,06%.

En outre, à la suite de ce bilan, les participants ont fait des recommandations pour l’amélioration de certains indicateurs notamment :le renforcement des moyens alloués aux Directions Générales des Etudes Statistiques et Sectorielles (DGESS), une meilleure implication des Directions de l’Administration et des Finances (DAF) dans le dispositif du suivi-évaluation.

Le ministre Harouna Kaboré par ailleurs Président du CSD- TIA, a jugé satisfaisant le taux de performance atteint. Il a donc saisi l’occasion pour féliciter et remercier les acteurs pour les résultats engrangés. Les parties prenantes a été invitées formulée à accélérer la mise en œuvre des activités pour les deux années restantes du quinquennat.

Moubarak Silga

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.