Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Industrialisation en Afrique : La commission de l’UEMOA s’engage dans un processus de relecture de sa politique industrielle

Outiller les participants des nouvelles méthodes d’industrialisation

La part de l’Afrique dans la production manufacturière mondiale est très faible et continue d’être marginalisée dans la production et le commerce mondial de biens manufacturés selon les données de l’ONUDI.

Selon l’associé principal et économiste du développement, Institut international du développement durable, Isabelle Ramdoo, sa contribution à la valeur ajoutée mondiale est passée de 1,2% à 1,1% entre 2000 et 2008 alors que celle de l’Asie passait de 13% à 25% pendant la même période. D’où un paradoxe entre le niveau d’industrialisation et la disponibilité des matières premières au niveau du continent.

A cet effet, la commission de l’UEMOA organise en collaboration avec l’institut International du Développement Durable (IISD), du 12 au 15 novembre 2019 à Ouagadougou, un atelier régional de formation sur les nouvelles méthodes d’industrialisation. Avec pour but, de doter les participants des outils nécessaires à l’élaboration des politiques d’industrialisation nouvelles et cohérentes, intégrant les avantages compétitifs des Etats membres et les réalités de l’espace communautaire.

Qu’entend-on par nouvelles méthodes d’industrialisation ?

Par nouvelles méthodes d’industrialisation, l’on entend les politiques industrielles qui permettent aux Etats de promouvoir les chaines de valeurs nationales et régionales, répondent aux opportunités et défis de la 4ème révolution industrielle, en particulier en mettant l’accent sur les nouvelles technologies, l’innovation et l’environnement et mettent l’accent sur le développement privé national et régional.

Au regard des différentes politiques mises en œuvre depuis de nombreuses décennies mais qui n’ont pas produits les résultats attendus, il est nécessaire pour les pays africains de prospecter de nouvelles méthodes plus adaptées à leurs réalités qui pourront induire un souffle nouveau conduisant à un essor industriel, dira le conseiller technique du commissaire de l’UEMOA, Ousmane Diakité. Avant d’ajouter « Les pays africains sont appelés à lever plusieurs défis pour leur développement industriel».

Une photo de famille avec les participants

C’est dans cette dynamique, la que la Commission de l’UEMOA a engagé un processus de relecture de la politique industrielle commune élaborée depuis 1999.  Ce processus qui devrait s’achever en 2020 permettra d’actualiser le document de politique en vue de prendre en compte l’évolution du contexte de l’Union.

Il faut noter que la transformation des ressources est souvent considérée comme l’un des premiers pas dans la marche vers le développement  industriel qui constitue un levier important du développement économique. Aussi, le secteur industriel de l’UEMOA contribue à hauteur d’environ 20% au PIB de l’Union et il est caractérisé par un fort potentiel de développement.

Sombéwendin Micheline Nanéma
Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles