Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Indice africain de développement social

Le taux chômage des jeunes a atteint 20% en Afrique subsaharienne et 30% en Afrique du Nord

Le bureau sous régional de l’Afrique de l’Ouest de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, a organisé, le 29 octobre 2015 à Ouagadougou, une séance de vulgarisation de l’Indice africain de développement social (IADS). Le profil Pays a également été présenté (CEA) au participants. La séance avait pour objectif de favoriser l’appropriation par un plus grand nombre de techniciens et des décideurs politiques.

En Afrique subsaharienne, un enfant sur neuf meurt avant l’âge de 5 ans, soit une proportion 16 fois plus élevée que la moyenne des pays développés. 133 millions de jeunes africains sont analphabètes. Le chômage des jeunes augmente et a atteint 20% en Afrique subsaharienne et 30% en Afrique du Nord en 2012, alimentant les troubles sociaux et d’instabilité économique dans l’ensemble du continent. Ses informations ont été données au cours d’une séance de vulgarisation de l’Indice Africain de développement, le 29 octobre dernier à Ouagadougou initiée par le bureau sous régional de l’Afrique de l’Ouest de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, basé à Niamey en république du Niger. La rencontre qui a réuni les techniciens, les décideurs et hommes de médias avait pour objectif de faire bouger les lignes auprès des décideurs afin que ces derniers prennent des décisions allant dans le sens du bien être des populations.

Iris Macculi en image

Iris Macculi en image

« Nous sommes en train de présenter deux indices principal de la CEA a développé au cours des deux dernière années. Ce sont des outils de prise de décision pour les états membres. Je veux parler de l’indice africain de développement social. C’est un indice qui a été développé sur les Etats membres des Etats africains. C’est un outil qui permet aux pays de suivre l’évolution de la réduction de l’exclusion » a indiqué Iris Macculi, chargée des affaires économiques à la division des politiques de développement social à Ca à Addis Abeba en Ethiopie. A noter que la Commission économique des nations unies pour l’Afrique (CEA) a été créée en 1958 comme l’une des cinq commissions économiques continentales des Nations unies et relève administrativement, du Secrétariat général de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Mounbarak SILGA
Ecodufaso/ groupe ecodafrik

 

ENCADRE 1La mortalité post –infantile touche 6,9 millions d’enfants dans le monde, la plupart des décès étant occasionnés par des maladies évitables. En Afrique subsaharienne, un enfant sur neuf meurt avant l’âge de 5 ans, soit une proportion 16 fois plus élevée que la moyenne des pays développés.
Deux enfants africains sur cinq de moins de cinq ans présentent un retard de croissance. La malnutrition des enfants a des répercutions sur leur développement cognitif et physique, ce qui réduit gravement leurs chances de grandir en bonne santé.
Au total, 133 millions de jeunes africains-soit plus de la moitié de la population jeune-sont analphabètes, la majorité d’entre eux étant des jeunes femmes.
Le chômage des jeunes augmente et a atteint 20% en Afrique subsaharienne et 30% en Afrique du Nord en 2012, alimentant les troubles sociaux et d’instabilité économique dans l’ensemble du continent.
L’Afrique n’est pas près de réaliser les objectifs de réduction de la pauvreté : en 2015, si les tendances actuelles se poursuivent, 366millions de personnes vivront encore avec moins de 1,25 dollar par jour.
Dans la plupart des régions du monde, on vit bien plus longtemps qu’au cours des décennies précédentes. Cependant, l’espérance de vie en Afrique reste bien en deçà de la moyenne mondiale de 76 ans.
Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles