Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Inclusion financière : Ouagadougou accueille la 4ième édition de la Semaine Africaine de la Microfinance (SAM)

La Semaine Africaine de la Microfinance (SAM) ouvrira ses portes à Ouagadougou au Burkina Faso du 21 au 25 octobre 2019 autour du thème « En quête d’impact, la finance inclusive au service des objectifs du développement durable ». A sept jours avant la tenue de cette rencontre internationale, le Comité National d’Organisation, présidé par le Secrétaire Permanent de la Promotion de la Microfinance au Burkina(SP-PMF), Wango Fidèle Yaméogo a fait le point de l’état d’avancement des préparatifs aux professionnels des médias le lundi 14 octobre 2019.

Au Burkina Faso, l’économie est fortement tributaire de l’agriculture, près de 80% de la population active étant employée dans le secteur. Pourtant, le pays enregistre un faible niveau d’inclusion financière, d’où l’intérêt d’abriter la quatrième édition de la Semaine Africaine de la Microfinance(SAM).  Ce, après la première édition qui s’est tenue en 2013 en Tanzanie sous le thème « La règlementation en microfinance », celle de la 2ième édition au Sénégal en 2015 sous le thème « Innover pour accélérer la finance rurale en Afrique » et la 3ième édition tenue en 2017 Ethiopie sous le thème « Accompagnez les petites et moyennes entreprises, nouvelle ère pour la finance inclusive. »

La Semaine Africaine de la Microfinance (SAM) est une conférence internationale dédiée eu développement de l’inclusion financière en Afrique. Elle est une inittiative de trois structures à savoir, l’Association Africaine du Crédit rurale et Agricole, le Réseau Africain d’Institutions de Microfinances et l’ONG Appui au Développement (ADA).

Pour le Président du Comité National d’Organisation Wango Fidèle Yaméogo, « la SAM regroupera des experts de renommée mondiale capable d’analyser en profondeur et de manière critique, les enjeux et nouveaux défis du secteur de la microfinance en Afrique. Elle est aussi une occasion pour rencontrer les décideurs de ce secteur et de trouver des partenaires pour partager les bonnes pratiques et les expériences innovantes en vue d’une meilleure inclusion financière sur le continent. » Selon lui, l’état des préparatifs est satisfaisant et tout est pratiquement fin prêt.

Au Burkina Faso, 40% de la population se trouve exclue du système bancaire

Cette édition va permettre aux différents acteurs, de mener des réflexions sur les types de services et produits financiers adaptés aux besoins des acteurs du monde rural, d’identifier les stratégies en vue d’accélérer la croissance économique pour une réduction de la pauvreté au Burkina Faso a-t-il ajouté.

Le Secrétaire Permanent de la promotion de la Microfinance au Burkina Faso, Wango Fidèle Yaméogo

Elle offrira également l’opportunité aux acteurs de l’inclusion financière notamment les banques, les systèmes financiers décentralisés, les sociétés d’assurance et les opérateurs de téléphonie mobile, de développer des synergies d’actions en vue d’améliorer l’accès et l’utilisation des produits et services financiers pour les populations, en particulier, les femmes, les jeunes, les acteurs du monde rural et les PME a-t-il poursuit.

Le Représentant de l’ONG ADA, Frédéric Ruaz a rappelé que la particularité de cette édition réside dans le fait qu’elle propose une vingtaine de formations gratuites qui portent sur la gouvernance, les évolutions de types méso finances, la transition vers le digital. Elle propose également une innovation appelée « village des investisseurs », un cadre de rencontre entre les innovateurs et les partenaires.

Au Burkina Faso, 40% de la population se trouve exclue du système bancaire classique au niveau national, dont 20% au niveau urbain et 46% au niveau rural. 44% de la population a accès aux services bancaires, dont 30% au niveau urbain contre 9% en zone rurale.

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles