Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Inclusion financière : Le projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des PME est lancé

La représentante du ministre en charge de de l’économie Pauline Zouré a présidé la cérémonie

Le projet d’appui à l’inclusion financière et à l’accès au financement des Petites et Moyennes Entreprises (PAIF-PME) est désormais effectif. La cérémonie officielle de lancement du projet a eu lieu le 06 Octobre 2020 à Ouagadougou.

L’inclusion financière désigne l’offre de services financiers et bancaires de base à faible coût spécifique pour des consommateurs en situation de difficultés et de ce fait exclus des services traditionnels. Au Burkina Faso, 39% des adultes sont exclus financièrement, c’est-à-dire qu’ils n’utilisent aucun produit ou service financier, ni formel ni informel, pour gérer leurs finances, 21% utilisent seulement des mécanismes informels, selon l’enquête FINSCOPE de 2016.

L’objectif du Projet de développement est donc d’accroître l’accès aux services financiers numériques et au crédit pour des bénéficiaires ciblés.  D’une durée de six (06) ans, le coût global du projet est de 100 000 000 000 de dollars soit environ 55 milliards de F CFA, financé par la Banque mondiale et l’Etat burkinabè. Avec une mise en œuvre du projet qui couvrira la période 2019-2025.

Le PAIF-PME vise de façon spécifique à inclure plus de personnes dans le secteur financier en encourageant l’utilisation des comptes de transaction simples pour recevoir et effectuer des paiements. Il permettra à terme de soutenir des activités visant à renforcer les capacités institutionnelles et à assainir le secteur de la microfinance afin d’élargir la portée des services financiers. Il s’agit enfin de soutenir la mise en place d’une garantie partielle de portefeuille (GPP), en vue d’améliorer l’accès au crédit par les agriculteurs, les PME et les entreprises dirigées par des femmes.

Vu des participants

Pour la représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina, Maîmouna Mbow Fam, ce projet est le résultat d’une volonté conjuguée. Il s’agit d’abord de celle du gouvernement du Burkina Faso et aussi celle du Groupe de la Banque Mondiale, décidée à œuvrer pour l’accès aux services financiers à environ un milliard supplémentaire d’individus à travers le monde, dans le cadre de l’initiative d’accès universel aux services financiers.

Pour la représentante du Minsitre de l’économie, Pauline Zouré, ministre délégué chargé de l’aménagement du territoire, les services financiers numériques offrent aux particuliers, aux entreprises et au gouvernement de nouvelles possibilités de transaction avec le secteur financier, les clients, les citoyens et les fournisseurs. « En utilisant les services financiers numériques, les particuliers et les entreprises créent en empreinte numérique qui peut être exploitée pour accéder au crédit et à d’autres services financiers », a-t-elle ajouté.

L’impact attendu du projet est l’amélioration de l’inclusion financière des particuliers et l’accès des PME au crédit. Pour ce faire, il contribuera à l’assainissement du secteur de la microfinance, à des investissements dans les équipements en vue de la transformation numérique de l’économie.

Le projet intègre les priorités nationales en adéquation avec les orientations du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), suivant les axes stratégique 1 et 3, consistant respectivement à réformer les institutions et moderniser l’administration et à dynamiser es secteurs porteurs pour l’économie et les emplois. Il vient renforcer davantage les initiatives du gouvernement avec les strucutures comme le Fonds national de la finance inclusive (FONAFI) dont les activités ont été lancées 10 septembre 2020.

 

Sombéwendin Micheline Thiombiano/Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles