Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Inclusion financière : 2,5 milliards de personnes exclues du système financier classique

Etes-vous un exclu financier ? La question peut paraître drôle et saugrenue mais le drame lui, est profond. Plus de 2,5 milliards d’adultes, soit la moitié de la population adulte mondiale, n’ont actuellement pas accès aux services financiers de base. Ces chiffres sont de la Banque mondiale. Les services dont il est question, se rapportent à la possession d’un compte bancaire, l’accès au crédit, à une assurance et à un produit d’épargne. L’inclusion financière va au-delà de la simple bancarisation. Elle est une composante essentielle de l’inclusion sociale (accès des populations à des services de base comme l’emploi, la santé, le logement ou l’éducation). Elle représente de ce fait un enjeu économique et social majeur.

 

L’inclusion financière est l’ensemble des dispositifs mis en place pour lutter contre l’exclusion bancaire et financière. Elle englobe toute une gamme de produits et services financiers et non financiers rendus accessibles aux populations pauvres. L’inclusion financière a pour but d’élargir l’accès à des produits et services bancaires et financiers abordables et responsables pour les populations exclues du circuit bancaire classique. Pour parvenir à inclure le plus grand nombre dans le système financier et leur faire bénéficier de services bancaires adaptés, toute une gamme de produits et services ont été développés, le plus connu étant le microcrédit. Mais il existe aujourd’hui des services financiers qui répondent à des besoins qui vont bien au-delà du microcrédit : transferts d’argent, micro-épargne, micro-assurance, micro-pension. Bien conçus et aux mains d’acteurs forts et responsables, ces produits ont un potentiel énorme en termes de développement. L’inclusion financière permet aux populations pauvres de financer leurs activités, d’épargner, de subvenir aux besoins de leur famille et de se protéger contre les risques de la vie courante. Leur distribution sur le marché est assurée par divers organismes financiers : institutions de microfinance (IMF), coopératives, prestataires de micro-assurance, banques etc. Il est essentiel que ces distributeurs inscrivent leurs activités dans une démarche responsable et sociale pour remplir l’objectif premier de l’inclusion financière : lutter contre la pauvreté. De nombreux défis restent cependant à relever pour ces distributeurs : tout l’enjeu est de servir les intérêts des populations pauvres tout en assurant leur propre viabilité économique. Avec un taux de bancarisation se situant autour de 13%, le mobile banking est une alternative pour la promotion de l’inclusion financière au Burkina Faso. Il est en pleine expansion. Les populations n’ont plus nécessairement besoin de compte pour transférer ou recevoir des fonds. Mais pour l’améliorer, le Burkina Faso doit relever plusieurs défis dont l’amélioration de l’environnement des affaires pour faire baisser les coûts des transactions, la promotion de la banque d’agence et de la banque mobile pour faire baisser les coûts d’accès en zone rurale ou faiblement peuplée, le renforcement de la sécurité,… Au niveau sous-régional, l’inclusion financière est une préoccupation majeure. Ce 20 septembre 2016, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO, organise, en collaboration avec le Fonds Monétaire International (FMI), une conférence régionale sur l’inclusion financière, à Dakar autour du thème : « Finance pour tous : promouvoir l’inclusion financière en Afrique de l’ouest ». Les experts discuteront de la finance islamique, de la finance numérique, des stratégies de promotion de l’inclusion financière,…

 

 

 

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles