Connecte-toi avec nous

Développement

   |

IMS/GERSTIC: Former les journalistes sur les enjeux des nouveaux médias en temps de crise

Le 16 octobre 2015, avec le soutien technique et financier d’International Media Support (IMS), le Groupe d’Etudes et de Recherches en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (GERSTIC) organise un atélier de formation au profit de journalistes et web- activistes burkinabè. Thème :« Nouveaux médias et traitement de l’information en période de crise : l’approche des blogueurs et twitteurs burkinabè ».Cet atelier qui entre dans le cadre du projet « Media for peace » permettra non seulement de faire une analyse critique du traitement de l’information par le biais des réseaux sociaux à l’occasion de la récente crise liée au putsch de l’ex-RSP, mais aussi d’outiller les journalistes et web activistes afin qu’ils puissent contribuer conséquemment à la transparence du processus électoral.

Le projet « Media for peace » ou médias pour la paix a été élaboré par le GERSTIC et IMS à l’issue du putsch de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP) du 17 septembre dernier. Pendant ce coup de force, les médias ont été pris pour cibles. Des journalistes ont été molestés. Certaines télévisions et radios saccagées ou incendiées, ont dû interrompre leurs programmes. Mais si les médias ont payé un lourd tribut durant ce coup d’état, ils ont également été au coeur de la résistance. Face au musellement des médias classiques (les radios et télévisions notamment), Internet et les réseaux sociaux ont activement pris le relais et ont permis aux citoyens de diffuser des informations quasiment à temps réel. Après le coup d’état, il y’a donc lieu de s’interroger sur l’impact d’Internet et des réseaux sociaux en période de crise politique et d’analyser le comportement des journalistes, blogueurs et twitteurs burkinabè à l’aune des principes éthiques et déontologiques.

C’est dans cet esprit que le projet « Média for peace » a été élaboré afin de renforcer les capacités des journalistes blogueurs et twitteurs dans l’usage des nouveaux médias (réseaux sociaux) et dans le traitement de l’information journalistique en période de crise.
L’atelier du 16 octobre qui est une composante du projet, permettra de révisiter les fondamentaux de la collecte et du traitement de l’information en période de crise, d’évaluer l’action des réseaux sociaux en période de crise et d’analyser le comportement des journalistes burkinabè durant la crise liée au putsch, de créer une plateforme de blogueurs et de twitteurs pour diffuser des informations avant, pendant et après les élections dans l’optique de contribuer à la participation électorale et à la prévention de conflits post-électoraux au Burkina Faso. 10 journalistes et web- activistes burkinabè participent à cette formation.
Outre les communications auxquelles ils auront droit, le projet permettra de doter les participants à l’atelier en matériels adéquats pour mener à bien leur travail d’éveil des consciences (tablettes, dicataphones, clés de connexion, appareils photos,…)
Le projet prévoit aussi la création d’une web radio pour contribuer au processus électoral et à la cosolidation de la cohésion sociale au Burkina Faso.
Après le forum « Médias et transition politique », de février 2015, la caravane « Médias et élections » de septembre 2015, le projet « Media for peace » est la 3è initiative dévéloppée par le GERSTIC et IMS en moins d’un an dans le secteur des médias et de la communication au Burkina Faso.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles