Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Ils veulent créer une école du froid au Burkina

Huit stagiaires de l’Afpa et leur formateur vont apprendre le métier de frigoristes à des Africains qui se lancent dans la culture maraîchère. Objectif : éviter qu’ils ne perdent leur récolte.

Frigoristes solidaires. C’est le nom de leur page Facebook mais aussi celui de leur projet. Huit stagiaires de l’Afpa d’Alençon, âgés de 20 à 45 ans, qui suivent une spécialisation en froid industriel, souhaitent créer une école du froid au Burkina Faso. À l’origine de ce projet, leur participation au concours du CFIA, carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire, salon qui se déroulera à Rennes du 8 au 10 mars.

« Dans le cadre de ce concours, nous devions raconter notre métier dans l’agroalimentaire. Nous l’avons fait au travers d’une vidéo et d’un livret, précise Édouard Chalhoub, formateur. Nous sommes les garants de la chaîne du froid et de la sécurité alimentaire. »
3 300 vues

Et de rappeler que si en France, 100 % des foyers sont équipés d’un réfrigérateur, « ce chiffre tombe à 7 % dans les pays en voie de développement. Non seulement ils manquent de nourriture, mais en plus, 30 % des denrées sont jetées faute de chaîne du froid ». De fil en aiguille, en réfléchissant à leur métier, stagiaires et formateur aboutissent à ce projet humanitaire.

Mis en relation avec l’association Flers-Poundou, qui aide au développement de ce village burkinabé, « on leur a demandé quels étaient leurs besoins. Comme ils vont lancer des cultures maraîchères, ils ont besoin d’une chambre froide pour stocker les légumes ». La salle de formation, construite en 2010 par l’association ornaise, « accueillera l’école du froid et les chambres froides ».

Premier objectif des frigoristes solidaires : envoyer un container de matériel pour équiper les salles. « Nous avons déjà contacté les centres Afpa de France pour en récupérer. » Ensuite, sans doute à la fin de l’année, Édouard et ses huit stagiaires partiront trois semaines à Poundou pour « transmettre nos ressources pédagogiques sous forme de vidéo afin de former les premiers frigoristes du village pour qu’ils puissent entretenir les machines et trouver du travail ».

Sur le plan financier, l’équipe de l’Afpa espère remporter le concours du CFIA, avec 1 000 € à la clé. « Si on gagne, l’argent sera réinvesti dans notre projet. » Leur vidéo, postée il y a seulement quatre jours, a déjà été vue 3 300 fois ! Un bon début.

Yasmine MOUSSET
jactiv.ouest-france.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles