Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Hausse prix des hydrocarbures : Des milliers de Burkinabè marchent pour dire ‘’Non’’

Des milliers de Burkinabè, à lappel de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, limpunité et pour les libertés (CCVC), ont marché  ce jeudi 29 novembre 2018, pour dire « Non » à la hausse du prix des hydrocarbures.

Ils étaient nombreux dans  la rue ce jeudi 29 novembre 2018 à Ouagadougou, à l’appel de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC).  « Nous disons NON à cette augmentation des prix des hydrocarbures qui, immanquablement, aura des conséquences terriblement dommageables sur nos populations et surtout sur les couches les plus vulnérables », a martelé 1er vice-président de la CCVC, Chrysogone Zougmoré,

  1. Zougmoré qui s’exprimait lors du meeting consécutif à la marche, a rappelé aux autorités du pays que « le peuple burkinabè est déjà en guerre contre la faim, le chômage, limpunité, la corruption et que cest sur ces différents fronts que le peuple attend du gouvernement un effort de guerre ».

Il a évoqué, en termes de mesures que devait prendre le gouvernement, «la réduction des salaires des ministres, lannulation de leurs privilèges (eau, électricité, véhicules de luxe, etc.) et toute mesure à prendre pour faciliter larrestation et le jugement de tous les pilleurs de deniers publics et autres voleurs de la République ».

Pour la CCVC, « le gouvernement préfère assommer les Burkinabè par une multitude de taxes et impôts, alors que de grosses entreprises privées, notamment les compagnies dexploitation minières pillent les richesses du pays et bénéficient en plus de largesses fiscales scandaleuses, injustifiables et injustifiées ».

Cette journée nationale de protestation soutenue par une grève dite ‘’davertissement de 24 heures’’, a connu la participation de plusieurs responsables d’Organisations de la société civile (OSC), de syndicats et de partis politiques.

A l’instar de la capitale Ouagadougou, d’autres villes du pays ont connu, ce jeudi, des manifestations similaires.

L’augmentation du prix du carburant (Gasoil et Super) de 75 FCFA a été annoncée le jeudi 8 novembre 2018, à l’issue de l’hebdomadaire  Conseil des ministres. Dès le lendemain 9 novembre 2018, les Burkinabè ont constaté la hausse dans les stations-services.

Le porte-parole du gouvernement Remis Fulgance Dandjinou avait expliqué que cette hausse du prix du carburant est due à divers facteurs dont ceux exogènes, notamment le coût du baril sur le plan international qui connait une augmentation depuis un certain temps.

 

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.