Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Habitat et Urbanisme : Le Burkina Faso encourage les Habitats à Loyer Modéré (HLM)

Le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat Dieudonné Maurice Bonanet

 

Au Burkina Faso, les questions de lotissement, de logements et plus globalement celles liées à la politique d’urbanisme sont devenues de vrais gîtes de conflits sociaux. Le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Bonanet a rencontré les professionnels des médias pour lever certaines zones d’ombres portant précisément sur les lotissements, l’apurement du passif foncier, la gestion des agences immobilières ainsi que la restructuration des zones non loties.

En ce qui concerne les lotissements, le ministre Bonanet a confié qu’à ce jour, les opérations de lotissements font état de 40 chefs-lieux de communes rurales entièrement loties et 24 autres en cours d’achèvement. Selon lui, les Burkinabè doivent apprendre à vivre dans les logements collectifs notamment les HLM (Habitat à Loyer Modéré) dans les centres urbains. « Il ne faut pas se faire d’illusions, on ne pourra jamais donner une parcelle à chaque Burkinabè, on ne pourra jamais produire 18 millions de parcelles, il faut être clair là-dessus » a martelé le ministre.

Par rapport à la question de restructuration des zones non loties, il ressort que ce sont au total 21 900 hectares de zones non loties qui sont répertoriés sur l’étendue du territoire. Le document d’intervention pour la résorption des zones non loties est déjà en marche. Il est, à cet effet prévu, le déploiement de trames d’accueil pour ces zones, du fait que tous les habitants de ces zones ne pourront pas bénéficier de parcelles.

Le ministre Bonanet a annoncé la signature de trois conventions avec des agences de promotion immobilière pour la réalisation de 26 000 logements. Il a saisi l’occasion pour rassurer l’opinion publique qu’à propos de l’apurement du passif foncier, il n’y a pas d’intervention politique dans le travail des commissions.

Toutefois, de l’avis des autorités en charge de ses questions, au Burkina Faso, les priorités en matière d’urbanisme concerne la maîtrise du développement urbain national, la valorisation des espaces urbains, la promotion de la bonne gouvernance, le renforcement du suivi-contrôle des réalisations immobilières, la promotion des constructions de qualité en général et en particulier la construction des habitats de type nouveau, l’accroissement de l’accessibilité et la disponibilité en logements décents. Le pays dispose d’un programme national de développement urbain adopté en 2008 et dont la phase de relecture a commencé en 2018. A termes, il pourrait être un outil de performance.

 

Moubarak Silga

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles