Connecte-toi avec nous

International

   |

Guerre commerciale : la Chine suspend les négociations

Après une énième menace de Donald Trump, Pékin a annulé la série de négociations commerciales avec les Etats-Unis, a rapporté le Wall Street Journal.

Quelques heures après une énième menace de Donald Trump de taxer à nouveau des milliards d’importations chinoises, la Chine a décidé d’annuler la série de négociations commerciales prévue avec les Etats-Unis. Et a même annulé le déplacement à Washington du vice-Premier ministre Liu He prévu la semaine prochaine, révèle le Wall Street Journal.

Déjà, en début de semaine, la Chine avait annoncé la couleur en ajoutant 60 milliards de dollars de produits américains à sa liste d’importations soumises à des droits de douane plus élevés. Une riposte immédiate aux droits de douane que les Américains avaient relevés lundi dernier pour 200 milliards de dollars de produits chinois.

Chine et Etats-Unis interdépendants

Mais Donald Trump avait prévenu vendredi soir qu’il n’était pas prêt à céder. Et que si la Chine venait à réellement répliquer, les Etats-Unis reprendraient de nouvelles mesures, aggravant les tensions commerciales entre les deux pays. Une nouvelle provocation que la Chine n’a pas acceptée.

Washington reste malgré tout optimiste. Un responsable de la Maison Blanche a assuré que les Etats-unis ont bon espoir de trouver une solution pour dénouer leur contentieux commercial avec la Chine, mais aucune date n’a été fixée pour reprendre les négociations.

Il a aussi tenu à souligner que l’objectif de l’administration Trump n’était pas d’isoler l’une de l’autre les économies des Etats-Unis et de la Chine, qui sont interdépendantes.

Mais, a-t-il expliqué, les entreprises pourront choisir de modifier leur chaîne d’approvisionnement si Pékin ne revient pas sur ses pratiques commerciales. « Notre but n’est pas de dissocier le marché chinois du marché américain, je ne pense pas que ce serait bon pour la croissance à long terme », a signalé le responsable.

« A court terme, le risque existe naturellement que si la Chine reste sur sa trajectoire, certaines entreprises, en conséquence, devront entreprendre de revoir leur chaîne d’approvisionnement », a-t-il conclu.

lesechos.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue