Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Gouvernance et délinquance financière : IBK aura t- il raison de la Baraka Malienne ?

La baraka, ce mot nous vient sans doute de l’Arabe et signifie protection divine. Avoir de la baraka signifie donc pouvoir sortir à bon compte d’une crise, d’une situation où l’on devait à tout pronostic périr, y rester.

Nous nous souvenons du début des années 1990 après des crises de régimes récurrentes comment Charles TAYLOR a plongé le Liberia et puis la Sierra Leone dans des crises effroyables.
Comment Mohamed Siad BARE et Mohamed Farah AIDID ont plongé dans le chaos la Somalie. Situation qui perdure encore.
Au Mali, chez nous, en mars 2012 alors que le pays est menacé et que les massacres d’ Aguel hoc ont déjà eu lieu,un groupe de mutins s’empare du pouvoir à Bamako.
Profitant de ce fait et du désordre crées, les extrémistes religieux et alliés conquirent jour après jour Kidal, Gao et Tombouctou. Ils auraient pu conquérir pendant une semaine tout le reste du Mali créant davantage de chaos et bénéficiant même de soutiens à Bamako.
Mais ils ne l’ont pas fait. La baraka était au rendez-vous du Mali.
Le jour où ils ont voulu occuper le reste du Mali à partir de Konna et de Diabaly l’armée française s’est mise sur leur chemin.La baraka était au rendez-vous du Mali.
Dioncounda TRAORE, Président de la transition fut battu et laissé pour mort à Koulouba. Sa mort allait provoquer une aggravation de la crise de pouvoir. Non seulement, il n’est pas mort, mieux pour lui et les siens, il a gardé intactes ses facultés physiques, mentales et psychiques. Il a mené la transition à son terme.
La baraka était encore au rendez-vous du Mali.
IBK, installé Président du Mali, ses relations douteuses avec Tomi ont été mises à jour le 28 mars 2014 par le Journal français le Monde.
Tomi MICHEL « le parrain des parrains » allait probablement mettre le Mali sous sa coupe, un de ses proches est cité pour avoir gagné 1700 000 euros dans le marché de l’avion.
Heureusement pour le Mali, Tomi est interdit de sortir aujourd’hui du territoire français. Merci au journal français le Monde, merci à la justice française. Encore une fois la baraka était au rendez-vous du Mali.
Entre temps, Mr Oumar Tatam LY démissionna du poste de premier ministre pour non dit à des manquements et dysfonctionnements. Le fils d’Ibrahim LY ne pouvait trahir le Mali. Car, trahir le Mali c’était se renier, renier sa lignée, les sacrifices de son père pour un Mali meilleur.
Que le fils d’Ibrahim LY ait été le premier ministre du régime d’IBK et qu’il ait démissionné de la sorte,ceci est un signe évident de baraka pour le Mali.
Que l’opposition, la presse privée, le FMI, desimples patriotes se mettent à l’unisson pour dire que non : le Mali ne serait pas un narco-État ! Cela est le signe évident de BARAKAdu Mali contre des gens qui veulent voir son effondrement.
Ce Mali, notre Mali à vouloir le détruire quel qu’en soit le pouvoir que l’on détient, on finit par se détruire soi même.
Enfin Moussa TRAORE avait promis l’enfer aux maliens on connaît la suite.
Ni IBK, ni le RPM, ni le clan des dirigeants qui trainent descasseroles, ne parviendront à se hisser au dessus du Mali.
Ce Mali, notre Mali est et restera couvert de sa BARAKA.
Filles et fils du Mali dénonçons la corruption, la mal gouvernance et la délinquance financière ; Dieu est avec Nous.
Apatrides délinquants financiers, vous êtes avisés.
A bon entendeur salut.

Boubacar SOW, correspondant du journal Option en France
Source: Option
Malijet.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles