Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Frontière Burkina-Ghana : Plus de 50 000 poulets congelés saisis par la douane burkinabè

La Brigade d’intervention des douanes a procédé à l’incinération d’une importante quantité de poulets congelés, dans la nuit du mardi 3 septembre 2019. Il s’agit de 5 000 cartons de 10 poulets chacun, soit 50 000 poulets congelés importés du Ghana dans une cachette aménagée à l’intérieur d’un camion. Une saisie record, selon le chef de la brigade d’intervention des douanes, Abaas Sawadogo, qui estime la valeur de la marchandise à 150 millions de F CFA.

Les poulets congelés saisis par la brigade d’intervention des douanes étaient destinés à la consommation au Burkina Faso. Le camion qui les transportait revenait du Ghana apparemment vide. Mais au-devant du camion était aménagée une cachette dans les proportions du véhicule, de sorte à éviter tout soupçon. Les cartons cachés contenaient plus de 50 000 poulets congelés. Saisi à la frontière ghanéenne, le camion a été conduit au siège de la brigade d’intervention logée dans la cours de la Direction générale des douanes, à Ouagadougou.

Selon le chef de la brigade, Abaas Sawadogo, c’est la vigilance des agents qui a permis de déceler la faille sur le véhicule. N’arrivant pas à mettre la main sur le chauffeur, la brigade a fini par trouver un conducteur pour amener le véhicule sur les lieux de l’incinération. « On n’arrivait plus à supporter l’odeur des poulets décomposés et il fallait trouver un espace approprié pour procéder à l’incinération », confie le chef de la brigade, Abaas Sawadogo. Le véhicule est pour l’instant entre les mains de la douane, en attendant son propriétaire.

De pareils cas sont récurrents dans le pays et peuvent parfois échapper à la vigilance des hommes sur le terrain, selon le chef de la brigade. Il en appelle à la vigilance des populations.

Contre vents et marée, le monde poursuit la richesse. Le commerçant est rarement animé d’une bonne foi lorsqu’il s’agit d’argent. Parfois, le détenteur du produit ignore le danger que représente sa marchandise. Ainsi, il trouve méchant que l’on veuille saisir son produit. Dans le cas des poulets, aller choisir son gallinacée vivant, le faire frire devant soi, serait l’attitude la plus judicieuse. Bref, revenons à cette affaire de poulets congelés saisis par la douane.

Pour Abaas Sawadogo, l’aménagement de la cachette à l’intérieur du véhicule était à dessein, puisque le conducteur n’était pas au courant de ce que le véhicule contenait. Celui qui a conduit le camion au Ghana n’est pas le même qui le conduisait au retour ; preuve qu’il s’agit d’une habitude pour celui qui gère le véhicule.

Le premier chauffeur aurait pu faire fuiter l’information, c’est pourquoi il a été changé. Et dans l’urgence, il fallait que le véhicule revienne sans marchandise, parce que s’il attendait pour en obtenir, les poulets se seraient décomposés. 
Tout compte fait, la conscience collective est interpellée. Prudence donc dans ce que nous consommons.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles